BFM Business

Électricité: Barbara Pompili assure qu'"il n'y aura pas de blackout" cet hiver

Invitée de BFMTV ce jeudi, la ministre de la Transition écologique a tenu à rassurer en indiquant que des mesures de régulation étaient prévues en cas de vagues de froid cet hiver afin d'assurer l'équilibre du réseau électrique. Elle n'a cependant pas exclu des coupures localisées.

Faut-il craindre des coupures d'électricité cet hiver? Alors que plusieurs opérations de maintenance des centrales nucléaires n'ont pas pu se tenir au printemps en raison du confinement, RTE, qui fera un point sur la sécurité en approvisionnement ce jeudi, avait déjà prévenu il y a quelques semaines que la situation pourrait être "tendue" dans les mois qui viennent.

Pour autant, "il ne faut pas affoler les Français, il n'y aura pas de blackout" sur la France, a assuré sur BFMTV la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili. Du moins "si on a un hiver normal", c'est-à-dire dans "les moyennes de saison". En revanche, "s'il y a de grosses vagues de froid, il peut y en avoir" à certains moments de façon très localisée et ils "seront circonscrits et gérés. (...) Tout cela est planifié", a-t-elle ajouté.

"On a géré avec EDF pour replanifier les arrêts de centrales pour s'adapter à la demande", a encore tenté de rassurer la ministre, précisant que des mesures de régulation étaient prévues en cas de vagues de froid. Le gouvernement a notamment signé des contrats avec des entreprises industrielles pour qu'elles puissent momentanément arrêter leur production si le réseau électrique est sous tension.

La France, "trop dépendante d'une seule énergie"

Plus largement, Barbara Pompili a indiqué que cette situation était due à l'absence de volonté politique ces dernières années en matière "d'économies d'énergie, c'est-à-dire de faire en sorte de ne pas gaspiller". "Et notamment dans les logements. On a beaucoup de passoires. C'est pour cela qu'on fait beaucoup de travaux dans le cadre du plan de relance", a-t-elle dit.

Elle a par ailleurs pointé le système électrique, "trop dépendant d'une seule énergie, quoi qu'on pense du nucléaire". "C'est pour cela qu'il faut qu'on diversifie le mix", a conclu la ministre de la Transition écologique.

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco