BFM Business

Ecotaxe: Royal favorable à une remise à plat

Cette taxe frappe les poids lourds de plus de 3,5 tonnes.

Cette taxe frappe les poids lourds de plus de 3,5 tonnes. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

La ministre de l'Ecologie a fait savoir, ce jeudi 3 avril, qu'elle préfère rebattre entièrement les cartes sur l'écotaxe. Un dispositif que le gouvernement a suspendu depuis la fin 2013.

La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal a fait savoir qu'elle était favorable à une remise à plat de l'écotaxe, ce jeudi 3 avril.

"Je ne suis pas seule à décider mais je vais remettre à plat les choses pour voir quelles sont les autres possibilités que nous avons pour dégager des financements pour en effet faire les travaux ferroviaires et routiers", a-t-elle plus précisément déclaré à des journalistes, en rappelant qu'elle n'était pas pour une "écologie punivite".

"Les français ont déjà payé beaucoup d'impôt supplémentaires, l'écotaxe est un impôt, j'en comprend bien le sens : il s'agit de taxer ceux qui polluent mais j'ai toujours dit que pour respecter la citoyenneté, l'écologie ne doit pas être punitive et on ne doit pas taxer des gens s'ils n'ont pas le choix de prendre le transport propre", a encore expliqué la ministre de l'Ecologie.

Ségolène Royal s'est aussi dite favorable à un ré-examen de la politique concernant le gaz de schiste, sur lequel il faut "prendre le temps de l'écoute et l'expertise du sujet".

Un coût décrié

En octobre 2013, le gouvernement avait reporté sine die, la mise en place de cette taxe qui frappe les poids lourds de plus de 3,5 tonnes, après une vague de protestation en Bretagne.

Le coût du dispositif avait notamment été critiqué par les parlementaires. Le coût de perception de l'écotaxe représente, en effet, 250 millions d'euros. Surtout, une clause du contrat prévoit un "loyer" de 18 millions d'euros par mois payé par l'Etat à la société Ecomouv', que la taxe soit perçue ou non. Enfin, une dernière clause stipule que l'Etat devra verser 800 millions d'euros dans le cas où il abandonnerait cette taxe.

Le rapporteur PS du Budget, Christian Eckert avait notamment pesté contre les termes du contrat liant l'Etat à Ecoumouv'.

Une mission d'information parlementaire sur cette taxe avait, en conséquence, été mise en place et ses conclusions doivent être remises au gouvernement au cours de ce mois d'avril.

Les recettes issues de cett taxe devaient effectivement servir à financer des infrastructures de transport fluvial et maritime.

J.M.