BFM Business

Ecotaxe: 120 projets de transports font les frais de sa suspension

En taxant les poids lourds, l'Ecotaxe devait servir à financer des modes de transport plus verts.

En taxant les poids lourds, l'Ecotaxe devait servir à financer des modes de transport plus verts. - -

Les recettes de l'Ecotaxe devaient servir à financer en partie des infrastructures de transports, nouvelles lignes de tramway, de bus ou navettes maritimes. Au total, 117 projets sont gelés à cause de son report jusqu'en 2015.

Le gel de l'Ecotaxe met en péril le développement de nouvelles infrastructures de transport. Les recettes de cette taxe, payée par les poids-lourds, devaient servir à financer en partie des modes de transports en commun, moins polluants. Et les 450 millions qu'elle devait rapporter la première année étaient déjà attribués via l'Agence de financement des infrastructures de transports de France. Ce sont 117 projets qui sont ainsi suspendus, révèle France info, ce 3 mars, qui en publie la liste sur son site.

Des villes comme Marseille, Toulon, Lille, Evreux, Nantes avaient répondu à l'appel à projet lancé par le ministère du Transport et obtenu un soutien financier.

Ce sont surtout des nouvelles lignes de métros et de tramways qui se retrouvent au point mort, mais aussi des extensions de gares, des lignes de navettes fluviales, et même des parkings à vélos.

Jusqu'à 20% du montage financier

Depuis l'annonce faite en octobre dernier, de suspendre l'Ecotaxe au moins jusqu'en 2015, en raison de l'opposition des agriculteurs et des routiers bretons, les élus défilent dans le bureau du ministre des transports, Frédéric Cuvillier. Pour tous, la réponse est la même : pas de financement tant que l'Ecotaxe est suspendue.

Pourtant, le gouvernement avait annoncé vouloir compenser le manque-à-gagner fiscal par des "économies supplémentaires". Le ministre du budget, Bernard Cazeneuve, avait, en effet, souligné que "toute disposition serait prise de manière à ce que nous puissions, en gestion, c'est-à-dire par des mesures d'économies supplémentaires, procéder au financement des infrastructures de transport de manière à ce que notre pays ne prenne pas de retard".

Une mission d'information de l'Assemblée nationale et une commission d'enquête du Sénat se penchent sur une remise à plat du principe de l'Ecotaxe et du contrat attibué à Ecomouv'. Leurs conclusions sont attendues respectivement en avril et en juin.

En attendant, les entreprises de BTP attendent. Les projets ne seront pas tous annulés, précise France info. Certaines collectivités, les plus riches, pourront sans doute trouver les moyens de financer leurs infrastructures seules. Mais ce sera plus difficile dans les projets où la contribution de l'Etat pouvait s'élever jusqu'à 20 % du montage financier.

Coralie Cathelinais