BFM Eco

Coronavirus: une PME du Nord se met à fabriquer des tunnels de désinfection

Le sas mis au point par la société Alineait mesure deux mètres de long et un mètre de large, dans lequel il faudra passer, avant d’entrer, par exemple, dans un supermarché.

Le sas mis au point par la société Alineait mesure deux mètres de long et un mètre de large, dans lequel il faudra passer, avant d’entrer, par exemple, dans un supermarché. - François Lo Presti-AFP

La société Alineair basée à Tourcoing et Valenciennes (Nord), spécialiste du mobilier urbain, s'est lancée dans la fabrication de tunnels de désinfection amovibles dans le but de lutter contre la propagation du coronavirus

Alors que pulvériser du désinfectant dans les rues, comme certains pays le font, pose un risque sanitaire, selon l'OMS (organisation mondiale de la santé), un sas privé de désinfection mobile peut présenter un intérêt. C'est le pari d'Alineair, PME originaire du département du Nord, spécialisée à l'origine dans le mobilier urbain.

"Quand il y a eu le Covid, je voyais des personnes nettoyer les chariots avec des chiffons... Là, la machine le fait tout seul et les gens psychologiquement sont un peu rassurés", explique le dirigeant de cette société qui a réalisé un chiffre d'affaires de deux millions d'euros en 2019.

Un sas de deux mètres de long et d'un mètre de large

Son sas mesure deux mètres de long et un mètre de large, dans lequel il faudra passer, avant d’entrer, par exemple, dans un supermarché. 

"Les réfractaires pourront passer à côté avec du gel hydroalcoolique à disposition, précise Pierre Nicoletti, patron d’Alineair. La désinfection se fait à hauteur du chariot, jusqu’à une hauteur de 1,10 mètre, seulement. Dans le cas d'un supermarché, le client traverse le tunnel avec son caddie en quelques secondes. Entre 50% et 99 % des virus seraient éliminés.

Ces tunnels, en acier galvanisé assurent une désinfection à hauteur "d'au moins 50%" grâce à un système "de brumisation par solution hydrogénée", détaille Pierre Nicoletti, gérant de la société, qui compte une quinzaine de salariés.

Pour l'heure, "il existe un prototype et 400 tunnels sont en cours de fabrication dans l'usine à Tourcoing", assure-t-il. Les premières livraisons devraient, selon lui, avoir lieu d'ici "moins d'un mois" et les commandes émanent principalement de "centrales d'achats".

La société attend leur homologation dans les semaines qui viennent avant leur livraison, d'ici "moins d'un mois". Les commandes émanent principalement de "centrales d'achats" selon la PME.

du brumisateur géant au tunnel de désinfection "made in italie"

Utiliser un brumisateur géant pour désinfecter des halls, entrepôts, espaces industriels: face au coronavirus, EmiControls, filiale du groupe italien TechnoAlpin, a développé en urgence une solution pour aider les entreprises à sécuriser leurs locaux.

Cette société spécialisée dans la pulvérisation par brumisateur (pour abattre les poussières dans une carrière ou une mine, lutter contre les odeurs en usine de retraitement) a adapté sa technologie pour qu'elle brumise une solution désinfectante, de qualité sanitaire.

Une première désinfection en France a eu lieu mercredi chez l'industriel Kässborher à Albertville (Savoie), dans son atelier d'engins de damage et une zone de stockage de pièces de rechange.

"Une prestation à environ 2.000 euros pour 1.600 m2, réalisée en 20 minutes", détaille M. Guillet, qui a été contacté par "des collectivités locales, un gestionnaire de métro, des entreprises plutôt industrielles".

De plus, ses équipes ont inventé un "tunnel de désinfection" qui permettra aux entreprises, dont les locaux auront été désinfectés, de contrôler les entrées des employés ou visiteurs.

Les tunnels (d'un coût commercial de 13.000 euros) intéressent, eux, supermarchés, gestionnaires de stades ou de centres des expositions/salles de spectacles qui tentent d'imaginer un "après". Une dizaine ont déjà été commandés en Italie, Allemagne, Russie et Corée du Sud.

F.B avec AFP

Frédéric Bergé avec AFP