BFM Business

Coronavirus: l'avenir des micro-brasseries gravement compromis par le confinement

Selon Brasseur de France les ventes de bières artisanales ont chuté jusqu'à 80% selon les établissements

Selon Brasseur de France les ventes de bières artisanales ont chuté jusqu'à 80% selon les établissements - Emmanuel DUNAND / AFP

En un peu plus de dix ans, le nombre de brasseries en France a été multiplié par quatre pour atteindre 2000 entreprises artisanales. Depuis le confinement, cette activité qui repose essentiellement sur les bars, s'est effondrée.

Habituellement, avec l'arrivée des beaux jours, la bière coule à flots chez soi ou à la terrasse des cafés. Le confinement a porté un coup sévère aux brasseurs, mais plus encore aux quelque 2000 micro-brasseries françaises.

Les grandes brasseries ont vu les ventes chuter de 35%, selon Brasseur de France, syndicat professionnel de la brasserie française. Mais elles arrivent à encore à vendre dans les supermarchés dans lesquels les ventes de bières ont, selon une récente étude de Nielsen, augmenté de 6,9% depuis le confinement

Des pertes de chiffres d'affaires de 80%

Mais pour les brasseurs artisanaux, ceux qui produisent moins de 200.000 hectolitres par an et ne dépendent pas d'un groupe important, c'est la chute libre. En effet, ces volumes ne permettent pas l'accès à la grande distribution ou de façon dérisoire. Elles se consomment principalement dans les bars qui depuis le 17 mars ont tous fermé en France.

Pour Maxime Costihles, délégué général de Brasseurs de France, c'est un "drame". "On voit des pertes de chiffres d'affaires de 80 %", indique ce responsable aux Échos en rappelant que 60% de ces entreprises ont été créées lors des trois dernières années. En 2019, leur nombre a grimpé de 450 établissements pour atteindre 2000 entreprises et créant ainsi plusieurs milliers d'emplois.

En 2019, une étude du cabinet Xerfi estimait que le marché de la bière artisanale devait atteindre 440 millions d'euros, soit deux fois plus qu'en 2016. Ce pronostic est désormais largement compromis.

Pascal Samama