BFM Business

Coronavirus: chez Amazon, pas ou peu de grévistes mais des absents

Onze dossiers de salariés ont  été transmis aux prud'hommes de Nanterre afin de faire valoir leur droit de retrait

Onze dossiers de salariés ont été transmis aux prud'hommes de Nanterre afin de faire valoir leur droit de retrait - Thomas Sanson -AFP

La CFDT a lancé mercredi un appel à la grève pour protester contre le manque de sécurité sanitaire pour les salariés de l'entreprise. Selon la direction le mouvement a été peu suivi ce jeudi. Selon les syndicats, la moitié des effectifs serait absente, dont une bonne partie pour maladie ou droit de retrait.

La grève à laquelle étaient appelés les salariés d'Amazon par la CFDT n'avait "aucun impact sur l'activité" jeudi, selon la direction, qui mentionne "un gréviste déclaré".

"Une personne a rejoint le mouvement en fin de journée mercredi; bien que cela pourrait évoluer, nous n'avons pas d'impact sur nos capacités", a indiqué à l'AFP la direction qui évalue à "20%" le nombre de salariés absents, "en arrêts maladie, dont certains pour garde d'enfant".

La CFDT (2e syndicat d'Amazon), qui a lancé mercredi un appel à la grève pour protester contre le manque de sécurité sanitaire pour les salariés de l'entreprise, évoquait jeudi un total d'environ 240 grévistes "restés chez eux", selon Adrien Guellec, son secrétaire général. Elle évaluait en revanche les absences à "50%" des effectifs, établis à 6.600 CDI et 3.600 intérimaires au 28 février. "On ne sait pas s'il s'agit de grève, d'arrêts maladie ou de droit de retrait", a déclaré à l'AFP Julien Vincent, délégué central CFDT.

Laurent Dégousée, en charge d'Amazon à SUD-Solidaires (1er syndicat), estime que "40 à 60%" des salariés habituellement présents sur les sites d'Amazon France sont absents en raison de la crise sanitaire, "dont plusieurs ont exercé leur droit de retrait". Il évoque aussi "dix cas avérés" de Covid-19 parmi eux.

Des dossiers transmis aux prud'hommes

L'examen de l'assignation en référé transmise par Solidaires au tribunal de Nanterre pour réclamer la fermeture des six sites d'Amazon France Logistique sous astreinte d'un million d'euros par jour a été reporté à vendredi, selon M. Degousée.

Onze dossiers de salariés ont par ailleurs été transmis aux prud'hommes de Nanterre afin de faire valoir leur droit de retrait et le maintien de leur salaire mais "aucune date" d'examen de ces dossiers n'a encore été fixée, selon lui.

L'inspection du travail a effectué plusieurs visites sur les différents sites du groupe et procédé à quatre mises en demeure à Brétigny-sur-Orge (Essonne), Saran (Loiret), Lauwin-Planque (Nord) et Montélimar (Drôme), estimant que le groupe n'a pas mis en place les conditions nécessaires pour éviter une "situation dangereuse" sur ces sites.

C.C. avec AFP