BFM Business

Comment Carrefour a réussi à redresser la barre en France

Carrefour tire les bénéfices de sa stratégie de rénovation de ses magasins.

Carrefour tire les bénéfices de sa stratégie de rénovation de ses magasins. - -

Le groupe de grande distribution a annoncé, le 16 juillet, un chiffre d’affaires trimestriel de 20,56 milliards d’euros, en progression de 0,3%. Un résultat obtenu notamment grâce à la bonne progression des ventes dans l’Hexagone.

Carrefour a réalisé une "belle performance" au seconde trimestre, selon les propres termes du directeur financier du groupe, Pierre-Jean Sivignon.

Le géant de la distribution a, en effet, publié, le 16 juillet, un chiffre d’affaires en hausse de 0,3%, à 20,56 milliards d’euros. Le groupe affiche aussi une croissance organique de 4,9%, "la meilleure depuis au moins cinq ans", a-t-il souligné.

Ces performances s’appuient notamment sur un redressement des ventes en France, qui reste son principal marché. Malgré la faiblesse de l’inflation et la bataille des prix à laquelle se livrent les distributeurs, les ventes dans l'Hexagone ont atteint 9,84 milliards d'euros, entre mars et juin. Soit une progression de 2%.

Pas de compromis sur la baisse des prix

Carrefour tire ainsi les bénéfices de ses différents plans d’action, initiés par Georges Plassat, qui ont porté sur la rénovation des magasins, sur la diversification des formats des points de vente. Ainsi, le secteur des magasins de proximité, comme les Carrefour City, enregistre une progression de 6,8%.

Quant aux supermarchés, ils voient leurs ventes augmenter de 2,4% tandis que les hypers enregistrent une croissance de 0,7%, grâce à la hausse du trafic et des ventes alimentaires "pour le septième trimestre consécutif".

Le géant de la grande distribution estime aussi avoir fait le bon choix du "mix produits" proposé en rayons: les achats réalisés à bas prix sont compensés par d'autres sur des produits plus qualitatifs et donc plus chers. Carrefour a néanmoins annoncé la semaine dernière qu’il allait sortir des rayons sa marque discount en 2015, ce qui devrait là aussi pousser les consommateurs vers des articles à plus forte marge.

Pierre-Jean Sivignon estime aussi que le groupe récolte "les fruits de ses plans d'action" notamment sur les baisses de prix, sur lesquelles il ne fera "pas de compromis" en France, selon des propos rapportés par l'AFP.

C.C.