BFM Business

Comment Bic taille des croupières à Gillette et Wilkinson

41% des Américains se rasent tous les jours

41% des Américains se rasent tous les jours - DESIREE MARTIN / AFP

Malgré la mode de la barbe, le roi français des produits jetables voit ses ventes de rasoirs progresser aux Etats-Unis. Face à la concurrence de Gillette et Wilkinson, Bic mise sur l’innovation et le juste prix.

Avec 25 millions de stylos, 6 millions de briquets et 10 millions de rasoirs vendus chaque jour dans le monde, la santé financière de BIC est extrêmement solide. Ses ventes 2014 , qui avoisinent les 2 milliards d'euros, ont progressé partout y compris aux Etats-Unis, son premier marché. Là bas, le groupe français s'est lancé dans une nouvelle bataille, celle du rasoir jetable.

Un rasoir 5 lames 

Bruno Bich, président du groupe BIC, qui vit la plupart du temps aux Etats-Unis estime "vendre plus de rasoirs jetables que Gillette aux Etats-Unis". Le Français s'est octroyé l'an passé 24,9 % des parts de marché en valeur contre 23 % en 2013. Une progression dont le président n'est pas peu fier : "Ils sont quatre fois plus gros que nous mais nous sommes les seuls a progresser car on offre un excellent rasoir à un prix 25% moins cher". 

Ce rasoir en question, c'est le Flex 5, un nouveau produit jetable lancé au mois de janvier aux Etats-Unis. Sa spécificité : il comporte 5 lames ergonomiques qui épousent les courbes du visage. Bic tente de monter en en gamme et de répondre à la demande spécifique des Américains, qui achètent à 70% des rasoirs à 3 lames ou plus.

"Un Bic ne vous laisse jamais tomber"

Autre particularité du marché nord-américain, la mode de la barbe. Aux Etats-Unis comme au Canada, près d'un homme sur cinq arbore désormais une barbe de trois jours. Alors pour leur donner quand même l'envie de se raser, il a fallu mixer innovation et prix. "Le rasoir Bic ne vous laisse jamais tomber. Notre volonté est de donner la meilleur qualité possible au prix le plus juste» affirme le fils du fondateur de la célèbre marque.

Ch.L.