BFM Business

Coca-Cola se met un peu plus à la diète 

Les économies affecteront notamment les dépenses marketing de la société

Les économies affecteront notamment les dépenses marketing de la société - George Frey - Getty Images - AFP

À l'occasion de la publication des résultats du premier trimestre, le groupe d'Atlanta a annoncé qu'il allait encore augmenter de 800 millions d'euros son plan d'économies pour le porter à 3,8 milliards.

Coca-Cola, en quête d'un nouveau souffle, a annoncé ce mardi durcir sa cure d'austérité après des résultats contrastés au premier trimestre, en raison de lourdes charges liées à la cession de ses activités d'embouteillage.

Le résultat net a plongé de 20,3% à 1,18 milliard de dollars. Lesté de deux jours comparé à 2016, le chiffre d'affaires trimestriel a reculé de 11,3% à 9,12 milliards de dollars. Il s'agit du huitième trimestre consécutif de baisse et, surtout, il est supérieur aux attentes des analystes qui tablaient en moyenne sur 8,89 milliards. Coca-Cola assure avoir pâti de la cession des activités d'embouteillages et des effets de change défavorables.

Des ventes (presque) partout en recul

Mais à périmètre et à effets de change constants, le chiffre d'affaires est resté stable, la hausse des prix permettant de neutraliser le déclin des volumes de ventes. Hormis l'Amérique du nord (+1% à 2,4 milliards de dollars), les ventes ont reculé dans toutes les autres régions. En Asie-Pacifique, elles ont diminué de 2% à 1,21 milliard de dollars, de 1% en Amérique latine à 926 millions et de 7% à 1,63 milliard dans la région Europe/Moyen-Orient/Afrique. 

Reste que confronté à une désaffection des consommateurs, Coca-Cola s'en remet aux économies pour améliorer sa rentabilité. Le géant d'Atlanta veut ainsi faire 800 millions de dollars d'économies supplémentaires d'ici à 2019, portant le plan total à 3,8 milliards de dollars. Les nouvelles coupes affecteront la chaîne d'approvisionnement et les dépenses marketing, détaille Coca-Cola sans dire si elles vont s'accompagner de suppressions d'emplois.

Augmenter les parts de marché

"Une structure d'entreprise moins lourde va nous permettre d'accroître notre part de marché (...) et de la valeur pour nos actionnaires", a simplement observé James Quincey, qui doit prendre les rênes du groupe le 1er mai. Il remplace Muhtar Kent, dont les initiatives pour relancer Coca-Cola n'ont pas vraiment convaincu.

Muhtar Kent est par exemple à l'origine du plan de restructuration en cours visant à céder la plupart de ses activités d'embouteillage d'ici à 2020 pour se recentrer sur la seule vente lucrative des sirops aux entreprises qui produisent, embouteillent et écoulent les boissons. Ce virage stratégique n'a pas pour le moment inversé le déclin persistant des ventes.

Coca-Cola s'est toutefois quelque peu montré optimiste mardi en relevant le bas de la fourchette de sa prévision de bénéfice annuel. Il s'attend désormais à une baisse de 1 à 3% de son bénéfice par action ajusté, contre de 1 à 4% auparavant. Celui-ci devrait ressortir ainsi à entre 1,83 dollar et 1,90 dollar contre 1,88 dollar attendu par les analystes financiers.

J.M.avec AFP