BFM Business

Ces actifs du groupe Casino dans le viseur du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky

Casino Guichard est désormais le titre le plus shorté de la cote parisienne

Casino Guichard est désormais le titre le plus shorté de la cote parisienne - AFP

L’homme d’affaires tchèque a racheté 4,63% du capital du distributeur, avec la bénédiction de son propriétaire Jean-Charles Naouri. Il pourrait s'intéresser de près à certaines enseignes du groupe en France, comme Leader Price.

Difficile de lire le jeu de Daniel Kretinsky. L’homme d’affaires tchèque vient de racheter 4,63% du capital de Casino. Le distributeur croule sous 4,7 milliards d’euros de dettes financières nettes et son actionnaire et PDG, Jean-Charles Naouri, est lui-même très endetté. Ce dernier a d’ailleurs placé ses sociétés qui contrôlent en bout de chaîne Casino (Rallye, Foncière Euris, Finatis et Euris) en procédure de sauvegarde judiciaire fin mai pour éviter une faillite de son empire. La société Rallye, maison-mère de Casino, affiche pour sa part 3 milliards d’euros de dettes financières nettes (à fin juin) et doit la diviser par deux.

Dans cette situation de crise majeure, l’arrivée de Daniel Kretinsky est le signe qu’il est définitivement le "requin malin" des secteurs en crise. Il s’est fait connaitre en rachetant les magazines Marianne et Elle à Lagardère, une société sous pression d’un fonds activiste. Et a surtout fait irruption au capital du groupe Le Monde dont l’un des actionnaires, Matthieu Pigasse, avait lui aussi besoin d’air. Enfin, il a racheté au groupe allemand Uniper deux centrales à charbon en France qui doivent pourtant fermer en 2022.

La vente de Leader Price en ligne de mire

A chaque fois, il apporte son argent à des investisseurs en difficulté financière pour prendre des positions dans des secteurs en mutation. Rebelotte avec Casino dans la distribution, un secteur qu’il connait bien. Daniel Kretinsky est le premier actionnaire de l’allemand Metro, leader de la distribution à prix "discount". La grande distribution est en pleine transformation avec les changements de mode de consommation et l’avènement du e-commerce dominé par Amazon. "Kretinsky cherche à mettre un pied en France pour récupérer des actifs de Casino", assure un des créanciers du groupe.

Selon plusieurs sources, les discussions entre l’homme d’affaires tchèque et Jean-Charles Naouri, le PDG du groupe de distribution, ont commencé en juin dernier, au lendemain de la procédure de sauvegarde. "Plusieurs schémas ont été imaginés entre les deux parties", assure un bon connaisseur du dossier. A l’arrivée, seule sa prise de participation chez Casino a été communiquée, donnant de l’air au cours de Bourse de Casino.

Des vues sur l’Allemagne

Mais plusieurs sources proches de Casino estiment que Daniel Kretinsky s’intéresserait à Leader Price. L’enseigne de "hard discount" semble être sur la liste des activités que Jean-Charles Naouri est prêt à vendre, ce que confirment plusieurs sources proches du groupe. Avec plus de 700 magasins dans toute la France et 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires, Leader Price vaut environ 500 millions d’euros selon les analystes. Contacté, son porte-parole n’a pas souhaité faire de commentaires.

Un scénario d’autant plus probable que l’homme d’affaires tchèque est déjà le premier actionnaire de l’enseigne allemande de hard discount Metro. Jeudi soir, son porte-parole a néanmoins assuré à Reuters que son entrée chez Casino n’était "pas liée à sa participation dans Metro".

D’autres distributeurs allemands, comme Lidl et Aldi, seraient eux aussi intéressés par Leader Price, selon plusieurs sources. Grâce à ses positions chez Metro, dont il est le premier actionnaire, et chez Casino, dont il sera membre du conseil d’administration, Daniel Kretinsky pourra peser de tout son poids sur la vente de Leader Price, de part et d’autre du Rhin. L’intérêt de son investissement dans Casino se situe peut-être en Allemagne.