BFM Business

Carrefour joue la carte de l'hypermarché discount

-

- - Droits réservés

Carrefour a peut-être trouvé la solution pour ses hypermarchés non rentables. Il les transforme en hypers « low cost ». C'est son nouveau concept baptisé « Carrefour Essentiel » et testé à Avignon. La nouvelle promesse du distributeur : des prix bas.

Redresser la rentabilité de ses hypermarchés, c'est la priorité de Carrefour. Ils représentent encore 25% de son chiffre d'affaires. Le distributeur teste plusieurs solutions. La première : tailler dans tout ce qui n'est pas produits alimentaires. C'est la fin des rayons bijouterie et gros électroménager. Carrefour préfère déléguer à des spécialistes, tels que Darty. Carrefour a également transféré l'an dernier cinq hypermarchés en location gérance, une dizaine d'autres devrait suivre cette année. Avantage : Carrefour reste propriétaire du magasin -contrairement à une franchise- tout en confiant l'exploitation commerciale à un directeur indépendant. Enfin, près d'Avignon, le groupe expérimente un nouveau concept qui mise tout sur l'image prix. C'est un peu l'opération de la dernière chance pour cet hypermarché qui connait de grosses difficultés. Carrefour a décidé de le remodeler version discounter.

Principal engagement, des prix imbattables 

Le distributeur promet d'être moins cher que les concurrents alentours et le signale en 4x3 dès le parking. Il rembourse 5 fois la différence si ce n'est pas le cas. Jamais la promesse prix n'a été aussi forte. A l'intérieur du magasin, le ton est donné dès l'entrée avec un coin « bonnes affaires », essentiellement, des invendus à prix cassés venus d'autres hypermarchés. La surface de vente a été réduite et le nombre de références a chuté. On y trouve désormais uniquement l'essentiel, d'où le nom du concept. Tout dans le design est réduit au strict minimum. Le look entrepôt reprend les codes du discount, avec des produits directement posés sur des palettes ou dans des bacs en bois. La poissonnerie a été supprimée. Carrefour a tout de même conservé la boucherie et un large rayon bio, un incontournable de la stratégie du groupe en faveur du « bien manger ». « Le parcours client a été entièrement repensé », explique le groupe, « pour le rendre plus rapide et plus fluide ».

Baisser les coûts d'exploitation

Tout ce qui est superflu a disparu. Ainsi que la moitié des caisses de paiement, remplacée par des caisses automatiques. L'objectif est avant tout de baisser les coûts d'exploitation. Un modèle destiné à relancer les hypermarchés les plus en difficulté. Carrefour espère ainsi en sauver une dizaine. Une stratégie qu'Auchan et Casino ont déjà tenté il y a plusieurs années, sans succès. Mais si ça ne fonctionne pas, Carrefour a d'autres idées en tête, notamment un concept « Rebonds », qui pourrait être également lancé cette année et dont le principe est de laisser plus d'autonomie au directeur du magasin dont la seule mission sera de redresser le résultat opérationnel. Autre projet dans les cartons, le modèle « Next » qui lui mise tout sur l'alimentaire et la restauration.