BFM Business

Carrefour a profité du confinement en Espagne mais pas en France

Le distributeur a considérablement réduit sa perte sur un an mais ses hypermarchés continuent de souffrir et les ventes en France sont restées stables.

Carrefour a annoncé ce mardi avoir fortement réduit sa perte nette entre janvier et juin, à 21 millions d'euros contre 458 millions un an auparavant. Ses ventes ont été stabilisées grâce à une "activité commerciale soutenue" au deuxième trimestre.

En données ajustées, le résultat net du premier semestre est en hausse de 63% à 253 millions d'euros. Quant au résultat opérationnel courant (ROC), indice de référence de la grande distribution, il a progressé de 29,1% à 718 millions d'euros à changes constants, une performance "très solide" selon le PDG du groupe français, Alexandre Bompard. Elle "prouve la résilience de notre modèle, son dynamisme et sa rentabilité", et doit "beaucoup à la réactivité et à l'engagement exceptionnel de nos équipes, qui ont surmonté des conditions opérationnelles difficiles", a-t-il ajouté.

Le chiffre d'affaires a augmenté de 6,3% en base comparable au deuxième trimestre, avec une accélération sur la période mai-juin (+9,4%) après une hausse limitée à 0,3% en avril, mois le plus affecté par le confinement. Le bénéfice d'exploitation bondit de son côté de 29% sur un an.

Comme les mois précédents, les ventes en ligne ont été vigoureuses avec une croissance de plus de 70% sur le semestre (+100% sur le seul deuxième trimestre), certainement porté par le confinement dans de nombreux pays où est présent le groupe.

Plan d'économies renforcé

Les résultats en France sont en revanche moins brillants. Le chiffre d'affaires progresse tout juste de 0,7% avec notamment des ventes en baisse de 3,6% dans les hypermarchés, le modèle étant à bout de souffle et ces magasins, étant moins accessibles alors que les déplacements étaient interdits.

En fait, le confinement a plus profité à Carrefour à l'international, en Espagne, le chiffre d'affaires a ainsi progressé de 9,8%. Face à cette bonne tendance, le distributeur compte renforcer son plan de transformation en relevant son objectif d'économies d'ici fin 2020, à 3 milliards d'euros contre 2,8 milliards précédemment.

OC avec AFP