BFM Business

BuyorNot: l’application qui scanne votre alimentation pour vous, et pour la planète

Décrypter les ingrédients d’un produit c’est bien, mais connaitre en plus son impact sociétal et environnemental c’est mieux. Et c’est ce que propose désormais l’application BuyOrNot, qui fonctionne sur le même principe que Yuka, mais permet en plus de savoir si les produits sont nuisibles pour la planète.

"Nous sommes le Yuka éthique". C’est avec ces mots que Levent Acar, fondateur de la plateforme I-boycott, décrit l’application BuyOrNot. Cette application permet de scanner un produit et de découvrir son impact sociétal et environnemental. L'application peut également indiquer si des produits nuisibles pour l'environnement font partie de la liste d'ingrédients du produit, comme l'huile de palme.

"Certaines marques ne se privent pas de sous-payer leurs salariés, de déverser des polluants chimiques dans des cours d'eau, d’exploiter des animaux d'élevage dans des conditions déplorables", poursuit-il. En complément de ces impacts sociétaux, l’application mesure également l’impact de la composition des produits sur la santé, via l’affichage de leur nutriscore, de leur liste d’ingrédients, et des additifs présents.

"A chaque fois que vous dépensez de l’argent, vous votez pour le monde que vous voulez"

Comme Yuka, BuyOrNot est une application construite avec Open Food Facts, qui met à disposition une base de données de 600 000 produits, créée par des milliers de volontaires à travers le monde. Toutes ces informations sont donc issues de citoyens, et non pas de l’industrie. Objectif : indiquer aux consommateurs quels produits boycotter.

"Par exemple si vous scannez un produit de la marque Innocent, l’application vous dira qu’elle appartient au groupe Coca-Cola, pointé du doigt pour la pollution plastique et le pillage d’eau dans certains pays", précise Levent Acar, "Idem avec les bonbons Haribo. L’application vous précisera que le groupe fait fabriquer de la gélatine de porc dans des conditions désastreuses dans des abattoirs en Allemagne".

Autre atout de l’application, un outil comparatif. "Par exemple si vous hésitez entre trois tablettes de chocolat ou deux paquets de café, il suffit de les scanner et l’application vous indique quelle marque choisir", explique-t-il. L’idée n’est pas d’instaurer un énième rapport de force avec les entreprises, mais plutôt de les accompagner dans des démarches responsables et d’impliquer les consommateurs. "A chaque fois que vous dépensez de l’argent vous votez pour le monde que vous voulez".

Des campagnes de boycott

Derrière cette application, on trouve les fondateurs de la plateforme I-boycott, une association lyonnaise, reconnue d’intérêt général, qui compte déjà à son actif plusieurs campagnes de boycott et plusieurs victoires. Elle a notamment persuadé l’entreprise Petit Navire de modifier ses pratiques de pêche à l’issue d’une longue phase de boycott des internautes.

Sur l’application, les consommateurs peuvent d’ailleurs être tenu au courant des campagnes en cours. "Ils vont aussi recevoir les éventuelles réactions et engagements des entreprises agroindustrielles, et pourront se prononcer pour dire s'ils ont été convaincus ou pas par ces engagements, poursuit Levent Acar. On ne peut plus être dans un discours de communiqués de presse, car il faut des éléments concrets pour convaincre les consommateurs".

L’application lancée en septembre sur Android devrait être disponible sur l’App store d’ici un mois.

Marie Dupin (RMC)