BFM Business

Bangladesh: les géants de l'habillement financent l'inspection des usines

Le drame du Rana Plaza avait fait près de 1.000 morts.

Le drame du Rana Plaza avait fait près de 1.000 morts. - -

Moins d'un an après le drame du Rana Plaza au Bangladesh, de grandes enseignes comme Benetton et H&M lancent, jeudi 20 février, une campagne d'inspection des usines de textile dans le pays. Une initiative insuffisante selon l'ONG Peuples solidaires.

En avril 2013, l'effondrement de l'immeuble du Rana Plaza au Bangladesh a entraîné une vague d'indignation mondiale. Près de 1.000 personnes avaient trouvé la mort dans ce drame, mettant en lumière les conditions de travail déplorables des ouvriers du textile dans le pays.

Accusées d'avoir trop longtemps fermé les yeux, des grandes chaînes d'habillement occidentales financent aujourd'hui une campagne d'inspection des usines du Bangladesh. Elle débutera jeudi 20 février. Des groupes comme Benetton et H&M participent à l'opération.

Cette initiative est "nécessaire et inédite" estime Vanessa Gauthier, chargée de mission au sein de l'ONG Peuples solidaires: "C'est la première fois qu'un accord est suivi à la fois par les entreprises, mais aussi par les organisations syndicales."

Quid de la question des salaires

Cet accord reste cependant insuffisant selon Vanessa Gauthier, qui regrette que celui-ci ne concerne que "la sécurité des bâtiments et la sécurité incendie". Les entreprises occidentales profitent en effet au Bangladesh d'une main d'œuvre nombreuse et faiblement rémunérée.

"C'est loin de régler toute la question cruciale du salaire, des conditions de travail plus généralement, des pratiques d'achats abusives des entreprises donneuses d'ordres."

Par ailleurs, l'ONG Peuples solidaires demande la mise en place d'"une réparation financière et [d']une indemnisation des victimes" à chaque fois qu'un drame comme celui du Rana Plaza se produit.

BFM Business