BFM Business

Bangladesh: les autorités prennent enfin des mesures

Un immeuble s'est effondré le 24 avril

Un immeuble s'est effondré le 24 avril - -

Après l'effondrement d'un immeuble qui a fait plus de 900 morts, 8 personnes sont mortes dans l'incendie d'une usine de textile ce jeudi 9 mai. Les autorités ont annoncé des mesures.

Nouveau drame dans des ateliers de confection au Bangladesh. Deux semaines après l'effondrement d'un immeuble, qui a fait plus de 900 morts, au moins 8 personnes sont mortes dans l'incendie d'une usine de textile, ce jeudi 9 mai.

Face à ces catastrophes, pressées par des organisations internationales, les autorités annoncent enfin des mesures.

Le ministre du textile a annoncé la fermeture de 18 usines, pour des raisons de sécurité. D'autres bâtisses pourraient subir le même sort. Une commission d'enquête a aussi été mise en place pour inspecter les 4.500 usines de textile et trouver d'éventuels défauts de construction.

L'Onu appelle les marques occidentales a aidé les fournisseurs

Après la catastrophe du 24 avril, les ateliers de confection avaient rouvert rapidement. Huit jours après des ouvriers étaient repartis au travail. Mais l'effondrement de l'immeuble de 9 étages, les centaines de victimes, ont provoqué des réactions, bien au-delà des frontières du Bangladesh.

L'organisation du travail a exigé des mesures immédiates. Et puis il y a eu des manifestations, pour dénoncer les conditions de travail dans ces usines du textile. Des marques d'habillement occidentales ont menacé de ne plus faire appel à des fournisseurs bangladais si la sécurité n'était pas améliorée. Un groupe d'experts de l'Onu leur a demandé de ne pas se retirer mais d'aider plutôt le pays à avancer sur ces questions. Le Bangladesh est le 2ème exportateur de textile au monde, après la Chine.

Pauline Tattevin