BFM Business

Avec ce jean "boueux" à 425 dollars PRPS et Nordstrom font polémique

La controverse sur le jean boueux de Nordstrom a pris un tournant très politique aux États-Unis.

La controverse sur le jean boueux de Nordstrom a pris un tournant très politique aux États-Unis. - PRPS

Le distributeur Nordstrom vient de mettre en vente sur son site ce jean qui semble couvert de boue. Vendu 425 dollars, ce modèle a relancé un débat très politique sur une éventuelle "guerre contre le travail" dont il serait un signe tangible.

Plus besoin d'aller faire du cross dans des chemins boueux pour adopter le style de biker. Pour la "modique" somme de 425 dollars, l'enseigne Nordstrom vend sur son site un jean qui fera aussi bien l'affaire. Ce Barracuda Mud signé PRPS a provoqué la consternation des internautes.

-
- © -

Mais l'affaire prend également un tour politique. D'abord à cause de l'enseigne qui distribue les fameux pantalons, Nordstrom, qui avait déjà fait parler d'elle en cessant de vendre la marque Ivanka Trump. Dans un second temps, le buzz autour du jean boueux a relancé la controverse de la "guerre contre le travail", cause avancée par certains aux problèmes du marché de l'emploi américain, raconte Quartz.

Cette expression prend différents sens selon qui la prononce. Certains, comme la très conservatrice Fox News, l'utilisent pour dénigrer les aides sociales aux chômeurs, qui ne les inciteraient pas à retourner travailler.

Pour d'autres, comme le présentateur de l'émission "Dirty Jobs" sur Discovery Channel, elle traduit l'idée selon laquelle les États-Unis ont oublié la valeur du travail. Mike Rowe, dont l'émission met en lumière les emplois pénibles cachés derrière le confort moderne, estime que le jean boueux est le dernier signe flagrant de cette guerre contre le travail. Dans un post sur sa page Facebook lundi, il s'insurgeait: "ce n'est pas un pantalon. Ce n'est même pas de la mode. C'est un déguisement pour des personnes riches qui considèrent le travail comme risible".

Pourtant justement, la marque PRPS, qui fabrique ledit jean, semblait avoir tout le contraire en tête. Sur le eshop, elle décrit ce pantalon et la veste en denim qui va avec comme "la tenue de travail résistante, typique de l'Amérique, recouverte de boue séchée qui montre que vous n'avez pas peur de relever vos manches et de vous salir".

Quant à son prix, qui dépasse allègrement celui de six jeans propres chez Levi's, il s'explique en partie par les investissements en recherche et développement du label. Pas pour créer de la boue artificielle sans odeur, mais pour retrouver le savoir-faire original du denim américain, tombé dans l'oubli depuis des décennies sur le territoire. Le fondateur de PRPS a redécouvert ces techniques séculaires lorsqu'il travaillait pour Nike en Asie, au Japon précisément, auprès de marques obsédées par le "vrai jean américain". Il a ainsi créé sa marque en réadoptant des méthodes de confection minutieuses, aux multiples finitions, et forcément coûteuses.

Nina Godart