BFM Business

AstraZeneca va céder certains de ses antibiotiques à l'américain Pfizer

En 2014, Pfizer avait tenté de s'emparer d'AstraZeneca avec une offre  hostile, sans succès.

En 2014, Pfizer avait tenté de s'emparer d'AstraZeneca avec une offre hostile, sans succès. - Don Emmert - AFP

AstraZeneca pourrait toucher jusqu'à 1,6 milliard de dollars dans les années à venir grâce à cette opération. Son objectif est de se recentrer sur le développement de molécules innovantes.

Le groupe pharmaceutique britannique AstraZeneca a annoncé ce mercredi avoir trouvé un accord avec l'américain Pfizer pour lui vendre une partie des ses activités dans les antibiotiques en dehors des Etats-Unis. AstraZeneca pourrait toucher jusqu'à 1,6 milliard de dollars dans les années à venir grâce à cette opération, notamment à travers les droits perçus sur la vente des médicaments concernés.

Le britannique doit notamment recevoir un premier paiement de 550 millions de dollars et un autre, en 2019, de 175 millions. S'ajoutent à cela des paiements étalés jusqu'à 250 millions de dollars et le versement de droits sur les médicaments jusqu'à 600 millions de dollars.

Les activités qui vont être vendues à Pfizer sont les antibiotiques à "petite molécule", soit en développement, soit déjà commercialisés, comme le Merrem et le Zinforo qui ont généré à eux deux des ventes de 250 millions de dollars dans le monde en 2015. Cette transaction doit permettre à Aztrazeneca, qui garde dans son portefeuille d'autres antibiotiques, de se recentrer sur d'autres traitements, en particulier contre le cancer.

Perte d'exclusivité

Les deux groupes, qui espèrent boucler l'opération au quatrième trimestre 2016, se connaissent bien puisque le britannique avait échappé à la menace d'une offre hostile de l'américain Pfizer en 2014.

Depuis, AstraZeneca, confronté à la perte d'exclusivité sur nombre de ses médicaments vedettes, tente de renouveler son portefeuille de produits en développant de nouvelles molécules innovantes et en menant des acquisitions ciblées.

De son côté, Pfizer a frappé fort en début de semaine en annonçant l'achat pour près de 14 milliards de dollars, de Medivation, une société de biotechnologies américaine spécialisée dans les anti-cancéreux, également convoitée par le groupe français Sanofi.

Ma. G. avec AFP