BFM Business

Amazon veut expédier les produits avant même leur achat

-

- - -

Le numéro un du e-commerce veut commencer à livrer avant la finalisation de la commande. Un brevet, déposé en décembre et découvert par la presse le 17 janvier, permet à Amazon de rogner sur ses temps de livraison.

Toujours plus rapide: c'est la devise d'Amazon qui a décidé d'anticiper les achats de ses clients. Selon un post de blog du Wall Street Journal du 17 janvier, le géant américain a obtenu un brevet, en décembre, sur un dispositif qui permet de commencer à préparer les commandes avant même que le client ne valide son achat.

Car diminuer ses délais de livraison est l'éternel défi d'Amazon. Ainsi, le groupe a réalisé un Noël record, mais la fête a été gâchée par certaines sociétés de messageries, qui n'ont pas livré les colis à temps.

Du coup, Amazon cherche à prendre un temps d'avance, et à commencer à préparer le colis avant même que vous ne l'ayez acheté. Amazon se réfère à vos habitudes d'achats, le temps que vous passez sur un produit avec la souris, vos recherches sur le site...

Une livraison en quelques heures

Le géant d'internet peut se faire une idée de vos prochaines commandes et commencer à les acheminer vers une plateforme. Un certain nombre d'objets très demandés, un best-seller sur le point de sortir, par exemple, seraient alors stockés dans un espace de stockage proche du lieu de livraison, et n'attendrait plus que le clic définitif de l'acheteur.

La commande pourrait ensuite lui parvenir en à peine quelques heures. Et si un paquet non désiré est envoyé par erreur, Amazon explique qu'il n'y a rien de mieux comme cadeau promotionnel pour fidéliser un client.

Ce n'est pas la première fois que la compagnie de Jeff Bezos innove pour gagner en rapidité. En décembre, il avait annoncé vouloir faire livrer ses commandes par drone. Et il y a 15 ans, en 1999, un brevet déposé par Amazon permettait à ses clients de payer en un clic. La technologie avait permis à la jeune technologie de devenir numéro un du e-commerce.

Hélène Cornet avec BFMbusiness.com