BFM Business

Achats en supermarché: la sécurité devient plus importante que les prix pour les clients

Un supermarché

Un supermarché - AFP

Avec l'épidémie de coronavirus et le confinement, la perception des supermarchés par les consommateurs français a évolué. La quête du prix bas n'est plus la première priorité, selon un sondage.

Faire ses courses ne sera plus comme avant. L'épidémie de coronavirus va laisser des traces profondes dans la perception et le comportement des consommateurs français vis-à-vis de la grande distribution.

Ainsi, selon un sondage* mené par Opinion Way pour Rosa Park (Havas), les conditions de sécurité sanitaire pour le personnel et la clientèle sont devenues le critère le plus important lors d'achats en grandes surfaces pour 30% des personnes interrogés.

Cette perception est particulièrement forte chez les jeunes (18-24 ans) qui sont 35% à placer ce critère en tête de liste, chez les seniors (+ de 65 ans) avec 34% et chez les parisiens (36%).

La sécurité passe devant les prix pratiqués qui restent le critère le plus important pour 27% des sondés (36% chez les 50-64 ans).

Le pouvoir d'achat et la mise en avant de produits locaux comme priorités

L'origine locale ou française des produits figure à la troisième place des critères lors d'achats chez les distributeurs avec 25% des sondés (32% chez les 65 ans et plus).

D'ailleurs, 72% des personnes interrogées estiment que les supermarchés/hypermarchés fréquentés jouent un rôle local important (en termes de lien social et rencontres, d’approvisionnement). 6% pensent au contraire que ce n'est pas du tout le cas.

Alors que le déconfinement a débuté, les consommateurs souhaitent que la grande distribution focalise ses efforts sur la garantie du pouvoir d'achat (29%), sur la mise en avant les produits locaux et de l'agriculture biologique (26%) et sur l'économie locale (22%). 

*Sondage réalisé les 29 et 30 avril 2020 sur un échantillon de 1027 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de département de résidence.

Olivier Chicheportiche