BFM Business

6 infos que vous ignoriez peut-être sur le sapin de Noël

Décorer son sapin de Noël est une tradition qui date de près de 500 ans à laquelle les Français sont particulièrement attachés. Découvrez-en plus sur ce symbole des fêtes de fin d'année.

Chaque année, le mois de décembre apporte son lot de traditions de Noël et il est difficile d'échapper au mythique sapin de Noël. Symbole de vie chez les païens, le sapin trouve sa place dans la tradition chrétienne. Et c'est en 1521 en Alsace que l'arbre de Noël, décoré à l'époque de pommes et gâteaux, fait sa première apparition. Depuis près de 500 ans, cette coutume demeure, avec quelques évolutions.

Il est désormais possible de louer son sapin

Pour 70% des Français, le roi des forêts est le point d'orgue de la décoration de Noël, selon une étude réalisée par Moneden, site de jardinerie en ligne. Mais une fois les fêtes passées, beaucoup se demandent que faire de l'arbre. Si 40% des Français le recyclent, 28% l'abandonnent simplement aux ordures (26,2% le replantent et 4,2% le rapportent en magasin). Une entreprise, Treezmas, a donc décidé de se lancer sur ce créneau en proposant de louer le conifère.

La start-up, créée en 2012, a été rachetée en octobre par Botanic. Elle propose 4 tailles de sapin en pot. Le plus petit, Arthur, est livré dans toute la France. Les autres, Victor, Léon et Camille, des Nordmann, sont livrés en région parisienne et lyonnaise. Après les fêtes, l'équipe de Treezmas vient récupérer les arbres et les replantera. Lorsque l'arbre est en trop mauvais état, il est transformé en copeaux de bois. S'il est trop grand pour grandir en pot, il est replanté définitivement.

Acheter un sapin, permet aussi de faire de bonnes actions

Comment lutter contre la menace des mines antipersonnel... et des aiguilles vertes sur le parquet ? Grâce au "sac à sapin", un incontournable de Noël, produit près de Lyon, géré de A à Z par Handicap International, et qui sert à financer ses actions sur le terrain. Vendus 5 euros, dont 1,50 euro reversé à l'ONG, les sacs solidaires arrivent dans les rayonnages. En 2015, près de 500.000 ont été vendus, rapportant 750.000 euros à l'association présente dans une soixantaine de pays. "On devrait en vendre quelque 450.000 cette année. Les fonds récoltés sont mobilisables rapidement et servent par exemple à financer l'urgence, comme en Haïti ou à Mossoul", explique à l'AFP Sabine Eyssartier, responsable du commerce solidaire à Handicap International. De quoi également "construire des rampes d'accès pour les écoles, former enseignants et parents à l'inclusion des élèves handicapés, appareiller les victimes, fournir des fauteuils roulants...".

Le sac à sapin n'est pas la seule bonne action qu'il est possible de faire. Des associations font travailler des personnes en situation d'exclusion, en leur faisant vendre des sapins de Noël. C'est notamment le but de l'association Dessine-moi un sourire qui installe des stands à Paris, aux Halles et à Bourse.

Les Français ont un chouchou…

Environ 5 millions de sapins sont vendus chaque année à Noël. 72,8% des ventes, selon TNS Sofres, étaient des Nordmann en 2015. Ses aiguilles sont souples et douces, et résistent bien à la chaleur. Il est réputé pour perdre un peu moins rapidement ses aiguilles que les autres conifères. Seul point négatif: il sent un peu moins bon que l'épicéa. Ce concurrent arrive à la deuxième place du podium mais reste loin derrière. Ses ventes ne représentaient que 24,3% l'an dernier. S'il résiste moins que le Nordmann, il sent bien meilleur.

Il est possible d'acheter d'autres variétés que l'on peut trouver aisément dans le commerce. Ainsi, l'Omorika est apprécié car il se replante facilement mais ses branches sont fragiles. Le Nobilis ressemble au Nordmann pour sa résistance et à l'épicéa pour l'odeur. Seul bémol: sa mauvaise répartition des branches tout le long du tronc. Un point noir qui lui fait perdre des places dans le classement des sapins idéaux pour les décorations de Noël.

… Et ils aiment en profiter

Si les Français ont une telle appétence pour Nordmann et ses aiguilles résistent c'est parce qu'ils achètent leur arbre très tôt. Selon l'étude Moneden, 48% des Français achètent leur sapin entre le 1er et le 9 décembre et 34% entre le 10 et le 14 décembre. 16 % le prennent entre le 15 et le 20 décembre et 2 % entre le 21 et le 24 décembre. 

Par ailleurs, les Français l'aiment grand. Leur taille préférée est 150-175 cm. Ils sont 31% à choisir celle-là.

Légère hausse des prix en 15 ans

D'après la cotation établie par RNM FranceAgriMer, un site qui donne "des informations sur les prix moyens, cours et cotations des fruits et légumes et d'autres produits frais périssables (fleurs, viande, poissons)...", le Nordmann de 150-175 cm, le plus apprécié des Français, a vu son prix passer de 26 euros en moyenne en 2000 à 32 euros en 2015. L'épicéa de même taille est, lui, passé de 5,5 euros à 13 euros.

Votre sapin n'est pas si cher comparé à certains!

À Tokyo, un joaillier, Ginza Tanaka, a créé un sapin en or. 19 kilos de ce métal précieux ont été nécessaire pour cet arbre de 2 mètres de haut. Un "bijou" qui a coûté près de 2 millions d'euros.

En 2010, l'Emirates Palace Hotel à Abu Dhabi avait installé un sapin de 13 mètres de haut décoré de bijoux en or et argent, de diamants et autres pierres précieuses, de perles, … Un arbre qui avait coûté plus de 8 millions d'euros.

Diane Lacaze (texte) et Marion Nompain (vidéo)