BFM Business

Conférence de financement sur les retraites: Laurent Berger n'exclut pas "une mesure d'âge" différenciée

Laurent Berger

Laurent Berger - BFMTV

Invité sur BFMTV ce jeudi soir, le patron de la CFDT a listé plusieurs mesures à mettre en oeuvre pour atteindre l'équilibre financier du système de retraites. Parmi elles, l'idée d'un âge d'équilibre adapté à la carrière de chacun.

L'âge pivot ayant été provisoirement retiré du texte de loi sur la réforme des retraites, les partenaires sociaux devront s'entendre lors d'une conférence de financement sur des mesures alternatives pour atteindre l'équilibre du système en 2027. Invité ce jeudi soir sur notre antenne, Laurent Berger a fait plusieurs propositions et n'a pas fermé la porte à une mesure d'âge:

"Il peut y en avoir si c’est différencié. Si ça ne concerne pas les gens de façon aveugle. Si, lorsque vous êtes déménageur et que vous ne bénéficiez pas de la pénibilité, on ne vous demande pas de travailler plus longtemps", a illustré le secrétaire général de la CFDT. 

Il s'agirait en quelque sorte d'un âge d'équilibre personnalisé, moins "injuste" que l'âge pivot de 64 ans initialement prévu dans le cadre de la réforme puisqu'il tiendra "compte de la pénibilité sur les conditions de départ des uns et des autres", a-t-il expliqué. À l'inverse, si l'âge pivot tel qu'envisagé par le gouvernement "était resté dans le texte, ce serait plusieurs centaines de milliers de travailleurs qui, à partir de 2022 alors qu'ils avaient leur carrière complète, auraient été obligés de travailler plus longtemps", a précisé Laurent Berger. 

Cotisations, fonds de réserve, emploi des seniors... 

Toujours dans l'objectif d'atteindre l'équilibre financier du système de retraites, le patron de la CFDT a énuméré plusieurs propositions qu'il entend mettre sur la table lors de la conférence de financement. "Il y a la possibilité de regarder des évolutions de cotisations sur une politique menée pour aller vers un financement des retraites", a-t-il déclaré. En clair, réaffecter certaines cotisations pour financer le régime. 

Laurent Berger a aussi évoqué les "exonérations de cotisations dont bénéficient un certain nombre d'entreprises", "l'utilisation d'un certain nombre de fonds de réserve des retraites", ou encore l'emploi des seniors car "plus de seniors en emplois, ce sera plus de ressources". Et de conclure: "Il y a tout un tas de solutions possibles. [...] Il faut qu'on discute de tout".

Paul Louis