BFM Business
Economie

Comment le réchauffement climatique va bouleverser l'économie

Le dérèglement climatique a des conséquences directes sur notre économie. Le phénomène devrait s'amplifier: le rapport du Giec sur le climat, publié ce lundi, est alarmant.

Le rapport des experts climat de l'ONU, le Giec, a été publié ce lundi. Une synthèse des connaissances climatiques très attendue, à un moment où les catastrophes naturelles se multiplient. Incendies, inondations, tempêtes sont des conséquences directes des activités humaines selon de nombreux chercheurs.

L'économie est un pan souvent oubliée dans la course contre la montre pour freiner le réchauffement climatique. Pourtant, le dérèglement du climat influe déjà sur certains secteurs économiques. Un phénomène qui devrait s'accentuer.

"De nombreux secteurs sont sensibles aux conditions météorologiques. C'est notamment le cas du bâtiment car en cas de grosses chaleurs, les chantiers sont arrêtés", nous explique Clément Albergel, chercheur au bureau climatique de l'agence spatiale européenne.

Autre exemple, celui des transports aériens et ferroviaires. "La canicule gêne le décollage des avions et affecte le matériel ferroviaire comme les rails", évoque aussi le chercheur.

Or, dans les cinq scénarios élaborés par le Giec, du plus optimiste au plus pessimiste, la température mondiale devrait atteindre +1,5°C ou +1,6°C par rapport à l'ère pré-industrielle autour de 2030. Soit dix ans plus tôt que la précédente estimation du Giec il y a trois ans.

Notre manière de consommer évolue aussi en fonction du climat. La consommation de boissons gazeuses ou de bières augmente pendant les canicules. Et les consommateurs ne font plus les mêmes choses: au lieu de se rendre dans les magasins de centre-ville, les centres commerciaux climatisés sont préférés.

Le prix des assurances pourrait monter en flèche

Le secteur des assurances est de plus en plus solicité. Gel, inondations ou encore sécheresse étaient des phénomènes exceptionnels il y a quelques années. Ils sont désormais récurrents. Depuis cinq ans, le coût des sinistres lié aux événements climatiques dépasse chaque année les 3 milliards d'euros.

"La conséquence pour les assurés, c'est de voir leur facture d'assurance habitation augmenter d'année en année et de doubler, voire tripler, d'ici 10 ou 15 ans, parce que les catastrophes naturelles vont toucher de plus en plus de monde", détaille sur BFM Business Fabien Soccio, porte-parole de Meilleureassurance.

L'assurance habitation, qui coûte environ 300 euros par an, pourrait atteindre les 1000 euros. Pour l'éviter, il va falloir faire "plus de prévention". "Il ne faut pas bâtir en zone inondable, éviter d'avoir des problématiques liées à l'usage des sols alors que l'on est dans des zones de sécheresse", avance Fabien Soccio. Si rien n'est fait, certaines zones en France pourraient même ne plus être assurées.

Cette année, les assureurs sont aussi venus en aide aux agriculteurs, dont le métier est climatico-dépendant. Le gel survenu au printemps a condamné de nombreuses cultures. Les Français ont trouvé peu de fruits sur les étals cet été et la production de vin 2021 a été lourdement impactée.

"Ce changement climatique que tout le monde constate, les agriculteurs s’y sont adaptés. Mais il y a des choses qu’on ne peut pas changer: là où il y a de l’herbe, on ne peut pas mettre autre chose. Il faut avoir des outils de prévention. Quand on demande de l’irrigation pour lutter contre la sécheresse, c’est nécessaire parce que la sécheresse fait des dégâts”, expliquait lundi sur France Inter Christiane Lambert, présidente de la Fédération Nationale des Syndicats Agricoles (FNSEA).

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech