BFM Business
Economie

Bruno Le Maire juge "inacceptable" un éventuel retard du plan de relance européen

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, le 5 janvier 2021 à Paris

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, le 5 janvier 2021 à Paris - ERIC PIERMONT © 2019 AFP

Le ministre de l'Economie s'agace à nouveau des retards pris par l'UE pour mettre en oeuvre son plan de relance.

Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, a jugé vendredi "inacceptable" que l'Union européenne ne fasse pas repartir plus vite sa croissance alors même que "les Etats-Unis relancent", appelant les Etats membres à ratifier "sans délai" le plan de relance européen.

"Il est indispensable que l'UE mette en oeuvre son plan de relance dans les meilleurs délais", a déclaré Bruno Le Maire au cours d'une conférence de presse à Rome avec le ministre italien du Développement économique, Giancarlo Giorgetti.

"Nous appelons tous les Etats européens qui ne l'ont pas encore fait à ratifier sans délai la disposition sur les ressources propres pour permettre de décaisser rapidement le plan de relance européen", a-t-il dit.

750 milliards d'euros

"Nous ne pouvons pas avoir les Etats-Unis qui relancent et l'Union européenne à l'arrêt, ce serait inacceptable. Nous voulons donc que l'UE accélère sa relance économique en 2021. Nous avons réussi au niveau européen à protéger nos économies en 2020, nous devons réussir en 2021 à relancer nos économies, à créer de la croissance, à créer de l'emploi", a-t-il ajouté.

En janvier dernier, le locataire de Bercy affichait déjà son agacement. "Je vois qu'il y a des blocages et que tout cela est trop lent, qu'il faut accélérer et que si l'on veut sortir de la crise économique dans les meilleures conditions, l'argent européen doit arriver le plus vite possible", exhortait-t-il.

Fort de 750 milliards d'euros, le plan de relance européen dénommé Next Generation EU prévoit que les 27 soumettent d'ici fin avril à la Commission européenne leur plan de relance national.

Au prix d'un lourd endettement, la France, a rappelé le ministre, a "engagé sa relance économique dès l'automne 2020".

"Sur les 100 milliards d'euros qui sont consacrés à la relance économique, nous avons déjà décaissé 26 milliards et nous allons accélérer", a-t-il affirmé.

Ne pas tuer la croissance

A propos de cet endettement, il a exhorté ses partenaires européens à ne pas commettre "la même erreur qu'en 2010 et 2011 où nous avons voulu rétablir trop vite les finances publiques et nous avons tué la croissance".

"Le temps de rétablir les finances publiques viendra, quand la croissance sera de retour et quand la crise sera derrière nous".

Le pacte européen de stabilité et de croissance suppose néanmoins d'être "responsables sur le rétablissement des finances publiques", a-t-il précisé.

"La France est déterminée à rétablir ses finances publiques quand la croissance sera de retour", a-t-il assuré.

OC avec AFP