BFM Business

Black Friday: l'UFC Que Choisir expose les "faux rabais" des enseignes

Vitrine d'une boutique lors de l'opération commerciale Black Friday de 2019, le 29 novembre 2019, à Ajaccio, en Corse

Vitrine d'une boutique lors de l'opération commerciale Black Friday de 2019, le 29 novembre 2019, à Ajaccio, en Corse - PASCAL POCHARD-CASABIANCA © 2019 AFP

Le principe est simple mais efficace: gonfler artificiellement le prix de base d'un produit pour faire croire à une importante promotion. L'association donne des exemples.

Il y a une quinzaine de jours, l'association de défense des consommateurs repartait en croisade contre les pratiques des e-commerçants pendant le Black Friday.

Elle mettait en garde contre "les nombreuses arnaques et fausses promo du Black Friday", dénonçant une "vaste supercherie" et des "promos bidon". Cette "supercherie" s'appuie sur une pratique simple et efficace: gonfler artificiellement le prix de base (ou de référence) d'un produit pour faire croire à une importante promotion.

Aujourd'hui, l'UFC apporte des preuves de ses accusations. "Les marchands n’ont pas perdu leurs mauvaises habitudes en ce Black Friday 2020. Dès ce matin, ils ont inondé leurs sites respectifs de faux rabais", gronde-t-elle.

Des prix en baisse de 1,2% en moyenne l'an passé

Sur Amazon.fr, l'association a ainsi repéré l’iRobot Roomba 960 proposé à 329 euros au lieu de 649 euros. "Sauf que durant le mois précédant le Black Friday, Amazon a vendu la majeure partie du temps cet aspirateur à 369 euros, avant de le faire grimper à 522 euros le 1er décembre puis de le ramener à 329 euros deux jours plus tard… Bref, le prix de référence ne correspond pas à grand-chose" raille l'association.

Sur CDiscount, c'est un four de la marque Electrlux qui est vendu à 299,99 euros aulieu de 629,99 euros.

Une belle ristourne mais "ce prix de 629,99 euros "conseillé par le fabricant en juillet 2020" ne correspond à rien, puisqu’il n’a été pratiqué par aucun marchand à cette période. Qui plus est, ce four a été la majeure partie du temps vendu par Cdiscount autour de 330 euros durant le mois précédant le Black Friday. Le site l’a même déjà affiché au prix de 299,99 euros du 12 au 14 novembre, avant de faire grimper son tarif à 359,99 euros quelques jours avant le Black Friday" constate l'UFC.

L'association liste d'autres exemples tout aussi parlant... Et estime que "l’année dernière, selon nos calculs, les prix de vente moyens sur les principaux sites Internet avaient baissé de seulement 1,19 % au premier jour du Black Friday, très loin des 50 ou des 70% de réduction affichés, et seulement 2% des offres affichaient une réduction réelle d’au moins 20%, soit grosso modo la même proportion que n’importe quel autre jour de l’année".

Outre un appel à la méfiance, l'UFC rappelle qu'une directive européenne censée mieux encadrer les prix de référence (les prix barrés à partir desquels sont calculés les rabais) a bien été votée sous la pression de l’UFC-Que Choisir, mais elle n’a pour l’instant pas été transposée dans le droit français.

Elle a également enjoint ce vendredi à six enseignes (Boulanger, Fnac, Rue du Commerce, Darty, Cdiscount, Rakuten) de cesser "sans délai" leur campagne publicitaire qu'elle juge "illégale" pour le "Black Friday".

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business