BFM Business

Bertrand Piccard (Solar Impulse): avec l'hydrogène, "on peut inclure toute l'industrie pétrolière"

Bertrand Piccard, président de Solar Impulse, était l'invité ce mercredi matin de BFM Business.

Le gouvernement a détaillé mardi son plan de 7 milliards d'euros pour développer à grande échelle l'hydrogène, et accélérer la décarbonation de l'industrie et des transports. Faut-il s'attendre, dans l'automobile, à une concurrence frontale avec les voitures électriques en plein essor? Les deux technologies seraient plutôt complémentaires, estime Bertrand Piccard, président de Solar Impulse, qui était l'invité ce mercredi matin de Good Morning Business sur BFM Business.

"Les batteries seront utilisées pour des véhicules légers et une distance de 300 à 400 kilomètres. C'est beaucoup plus efficient, car toute l'énergie que vous mettez dans la batterie est récupérée. Sauf que, si vous voulez des camions, si vous voulez des distances beaucoup plus longues, ou alors pour des trains, des péniches, ou peut-être plus tard des avions, les batteries seront trop lourdes et trop polluantes à fabriquer. C'est là que la pile à combustible alimentée par hydrogène trouve tout son sens. C'est deux créneaux qui sont parfaits", assure l'aviateur suisse fondateur de Solar Impulse.

Souveraineté technologique

Une question, aussi, de souveraineté technologique. "C'est une manière d'industrialiser l'Europe. On a perdu la guerre des batteries contre l'Asie, il faudrait au moins qu'on puisse être indépendant sur l'hydrogène, pour pouvoir construire une filière", avance Bertrand Piccard. Cela permettrait également "d'utiliser l'énergie renouvelable qui va être en excès à certains moments", assure-t-il. "Quand vous avez trop de soleil ou trop de vent, vous produisez trop d'électricité, c'est cette électricité-là qu'il faut utiliser pour fabriquer de l'hydrogène, parce que ça devient gratuit".

"Il y a aussi une autre raison, c'est qu'on peut inclure toute l'industrie pétrolière", poursuit le dirigeant. "Les batteries électriques excluent l'industrie pétrolière, pas l'hydrogène. Les industries pétrolières savent fabriquer du liquide, transporter du liquide, vendre du liquide, elles peuvent très bien se diversifier dans l'hydrogène".

J. B.