BFM Business

Aux Etats-Unis, 7 smartphones importés sur 10 sont made in China

Un magasin Apple aux États-Unis.

Un magasin Apple aux États-Unis. - Sean Rayford

Selon le cabinet d'études de marché Canalys, 70% des 31,9 millions de smartphones expédiés vers le territoire américain entre avril et juin sortent d'usines chinoises.

Les tensions entre Washington et Pékin n'ont pas eu raison des importations de smartphones de la Chine vers les Etats-Unis. Selon une étude réalisée par le cabinet Canalys, 70% des smartphones expédiés vers le territoire américain au cours du dernier trimestre sont "Made in China".

Une forte hausse par rapport au trimestre précédent où la part des smartphones fabriqués en Chine parmi les modèles importés se limitaient à 60%. Une hause qui s'explique à la fois par la réouverture des usines chinoises mais aussi des magasins qui ont passé de fortes commandes.

Autre enseigemenrt de cette étude: Apple consolide son emprise sur le marché américaine. Au deuxième trimestre, la firme de Cupertino détenait 47,1% de parts de marché avec 15 millions d'iPhone vendus dans son pays d'origine, soit une hausse de 10% sur un an. De très bons résultats dus au succès de l'iPhone SE, son nouveau smartphone d'entrée de gamme.

Le budget moyen des Américains pour les smartphones en baisse

Les fabricants coréens Samsung et LG affichent quant à eux 23,2% et 11% de parts de marché sur cette même période. Si les deux entreprises connaissent une baisse de leurs importations vers les Etats-Unis par rapport à l'année dernière, elles ne produisent pas la majorité de leurs appareils dans l'empire du Milieu.

"Les tensions entre les Etats-Unis et la Chine, qui ne cessent de s'aggraver ces dernières années, génèrent une incertitude pour tous les fabricants de smartphones à l'exception de Samsung et de LG", expliquent les analystes du cabinet Canalys.

A noter que le prix moyen déboursé par un Américain pour un smartphone est tombé à 503 dollars, soit 10% de moins que l'année dernière. Un budget moyen revu à la baisse en raison de la pandémie de Covid-19 et des conséquences économiques qu'elle engendre.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV