BFM Business

Aucune entreprise française, triomphe des labos: le top 50 des entreprises les plus innovantes

Une infirmière prépare une dose de vaccin contre le Covid-19, dans un centre de vaccination à Nantes.

Une infirmière prépare une dose de vaccin contre le Covid-19, dans un centre de vaccination à Nantes. - LOIC VENANCE © 2019 AFP

Alors que la France plaçait encore en 2018 trois entreprises dans le top 50 mondial des sociétés les plus innovantes, elle n'en compte désormais plus aucune.

Les grandes entreprises françaises sont-elles en panne d'innovation? Pour la deuxième consécutive, aucune entreprise de l'Hexagone ne fait partie du classement annuel des 50 entreprises les plus innovantes du monde du Boston Consulting Group (BCG).

Alors qu'en 2018, on comptait encore Orange, Axa ou Renault dans ce classement (et même l'européenne Airbus en 2020), dans son édition 2021 le BCG ne classe plus aucune entreprise française.

Ce classement qui repose un sondage mondial auprès de 1000 cadres dirigeants issus de toutes les industries montre que l'innovation française peine à rayonner à l'international.

Si le pays ne dispose pas de géants du numériques (9 entreprises de ce secteur dans les 10 premières places), il compte en revanche des géants sur des secteurs bien représentés dans ce top 50.

Ni Renault, ni Carrefour, ni Sanofi

Dans l'automobile par exemple, on trouve Toyota, Hyundai ou encore Mitsubishi mais pas de Renault ou de Peugeot. Dans le commerce, Ikea, Fast Retailing (Uniqlo) et Inditex (Zara) sont bien présents mais pas Decathlon ou Carrefour.

Idem dans la pharmacie où la France place Sanofi dans les plus grands laboratoires du monde (n°7 mondial par le chiffre d'affaires) mais aucun parmi les plus innovants du BCG où sont logiquement présents Pfizer, Johnson & Johnson ou encore Moderna.

Apple, entreprise la plus innovante du monde selon le BCG.
Apple, entreprise la plus innovante du monde selon le BCG. © BCG

Dans tous ces secteurs où la France dispose pourtant de géants internationaux, le pays ne semble pas être reconnu pour sa capacité d'innover. La France donne l'image d'un pays qui n'est pas hermétique aux innovations mais qui adopte celles de l'étranger plutôt que d'en créer elle-même.

Ls grandes entreprises françaises ont-elles sous-investi dans l'innovation ces dernières années? Pour le BCG, l'année particulière qui vient de s'écouler a vu triompher les entreprises qui avaient su dépenser les années précédentes.

"Les entreprises innovantes ont récolté les bénéfices de leur investissement antérieur au cours de cette période de crise actuelle à la fois pour leurs actionnaires et en termes d'impact sociétal plus large", assure Ramón Baeza, directeur général du BCG et co-auteur du rapport.

Car le classement 2021 a été fortement chamboulé par la crise. 17 entreprises ont ainsi été remplacées dans ce top 50 par rapport à un an plus tôt.

"Alors que les entreprises de technologie et de logiciels continuent de dominer, le classement de cette année a vu une performance remarquable de la part de l'industrie pharmaceutique, avec neuf entreprises classées (trois fois le nombre en 2020), un tiers d'entre elles y faisant leur première apparition", détaille le BCG.

On retrouve ainsi les laboratoires qui ont su rapidement mettre sur le marché les vaccins anti-Covid comme Pfizer, (n°10 du classement), Johnson & Johnson (n°20), Moderna (n°42) et AstraZeneca (n°49).

L'Europe recule

Un classement toujours largement dominé par les Etats-Unis alors que les sociétés européennes ont reculé.

"Les États-Unis restent en tête avec 27 des 50 premières entreprises (deux de plus en un an), tirées par les entreprises technologiques, logicielles et pharmaceutiques", résume le BCG.

En raison de son manque relatif de sociétés de technologie et de logiciels, l'Europe n'a placé que 11 entreprises dans la liste cette année (quatre de moins qu'en 2020).

"Mais elle est restée compétitive dans d'autres secteurs, notamment l'automobile, les technologies médicales, la pharmacie, l'industrie et la mode", tempèrent toutefois les auteurs de l'étude.

Et à l'avenir le BCG voit les entreprises chinoises monter en puissance. Le pays qui comptait trois entreprises dans ce top 50 en 2018 (à égalité avec la France) n'en place qu'un de plus cette année mais le cabinet de consulting prévoit une déferlante à venir.

"Bien que la Chine n'ait obtenu que quatre places dans le top 50, davantage d'entreprises chinoises devraient entrer dans le classement dans les années à venir, car elles sont plus visiblement en concurrence sur les marchés mondiaux", estime le BCG.
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco