BFM Eco

Déconfinement: sans réservation, masque ou attestation, l'amende sera de 135 euros dans les transports

La ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé une reprise limitée des transports. Les réservations et le port du masque deviennent obligatoire dans les trains. Pour la RATP, l'accès sera réservé à certaines populations aux heures de pointe. Les contrevenants seront sanctionnés par des amendes de 135 euros

Le 11 mai, les Français pourront à nouveau se déplacer, mais de manière encore très limitée a annoncé ce jeudi Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique.

"Afin d'assurer la meilleure protection possible des usagers l'objectif est que la fréquentation qui est aujourd'hui de 6% reste limitée à 15%", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse à Matignon à quatre jours du déconfinement.

Le trafic inter-régional, actuellement à 7% passera à 30% le 11 mai, puis à 40% à la fin du mois. Pour les emprunter, les réservations seront obligatoires pour tous, donc aussi pour les abonnés. Le port du masque est également obligatoire pour les personnes à partir de 11 ans.

En Île-de-France, les transports en commun seront à plus de 75% dès lundi prochain. Par contre, la fréquentation, actuellement à 6%, ne devra pas dépasser 15%, annonce Elisabeth Borne. Elle rappelle que "le télétravail sera la règle".

"L'accès aux transports en commun en Ile-de-France sera donc réservé aux heures de pointe aux personnes détenant une attestation de leur employeur ou ayant un motif impérieux pour se déplacer, que ce soit un motif de santé, convocation de justice ou pour accompagner des enfants. Une tolérance sera prévue pour les premiers jours"

Que ce soit dans la SNCF ou la RATP, l'absence de masque, de réservations dans les trains, ou d'attestation sera sanctionnée par une amende de 135 euros.

Pour les masques dans les trains, l'Etat "mettra à disposition des masques dans les premiers jours du déconfinement pour les distribuer aux personnes qui n'auraient pas pu s'en procurer", a-t-elle ajouté.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a confirmé que la distance de 100 km au-delà de laquelle une attestation de déplacement est obligatoire serait calculée "à vol d'oiseau".

Pascal Samama