BFM Business

Voiture électrique: le gouvernement promet 100.000 points de recharge dès 2021

Pour développer l'usage de véhicules électriques promet des bornes rapides sur les nationales et les autoroutes et un bonus de 1 000 euros pour l'achat d'un véhicule électrique d'occasion.

Avec Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari signeront ce lundi la charte "Objectif 100.000 bornes" sur l'électrification du parc automobile français.

L'objectif de déployer 100.000 bornes de recharges électriques plus vite que prévu. Au lieu de 2022, comme annoncé précédemment, le ministre des Transport a réaffirmé sa volonté de l'atteindre fin 2021.

Dans un entretien au Parisien, le ministre des Transports a déclaré que cette accélération est nécessaire pour "développer l'itinérance, c'est-à-dire les trajets longue distance". Il a surtout précisé le détail de ce plan ambitieux.

Un budget de 100 millions d'euros sera consacré à la création de 500 stations de recharges rapides, équipées d'au moins 4 bornes d'une puissance de 150 kilowatts chacune. Elles seront installées le long des 12.000 kilomètres de nationales et des 9.000 kilomètres d'autoroutes.

J'ai fixé l'objectif que toutes les stations autoroutières et des routes nationales soient équipées au plus vite, précise le ministre. Avec l'installation des bornes dans l'habitat collectif, c'est l'un des principaux freins au développement de l'électrique aujourd'hui".

Une aide à l'acquisition pour les ménages modestes

Pour soutenir ce déploiement, le ministre rappelle l'existence du dispositif Advenir "qui accompagne "en plus des collectivités, également les acteurs privés, les entreprises, les concessions autoroutières, la grande distribution, l'habitat collectif".

Ce soutien est actuellement de l'ordre de 1000 à 2000 euros par borne. Le ministre des Transports annonce qu'il "s'échelonnera maintenant de 2000 à 9000 euros, en fonction de la puissance des bornes". Ce montant représente environ 60% du coût de la borne. Le gouvernement compte aussi prendre en charge 75% du coût de raccordement au réseau.

L'autre frein au dévellopement de l'électrique reste le coût d'acquisition des véhicules pour les ménages modestes. Afin "d'établir une vraie équité sociale pour l'accès à la voiture écologique", le gouvernement a proposé un dispositif de microcrédit avec garantie de l'Etat. Cette aode "permettra justement à ces ménages les plus modestes de pouvoir compléter les aides publiques", explique Jean-Baptiste Djebbari.

Le ministre annonce aussi un bonus de 1 000 euros sans conditions de ressources, pour l'achat d'un véhicule 100 % électrique d'occasion.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco