BFM Business

Vent de critiques en Chine contre Tesla

Le constructeur de voitures électriques se trouve au coeur d'une tempête médiatique, après un différend avec une conductrice. Tesla s'est engagé jeudi en Chine à coopérer avec les autorités.

Semaine contrastée pour Tesla. Alors que ces véhicules sont mis en avant ce vendredi, des Model X accompagnant Thomas Pesquet et son équipe jusqu'au pas de tir de Crew Dragon en Floride, le constructeur américain de voitures électriques a été pris dans un bad buzz à l'autre bout de la planète, en Chine.

A l'origine de cette campagne anti-Tesla: le coup d'éclat d'une cliente mécontente au Salon de l'automobile de Shanghai en tout début de semaine. La scène filmée d'une femme juchée sur le toit d'une Tesla lundi sur le stand de la marque a fait le tour des médias et des réseaux sociaux.

Sur les images, on l'entend crier qu'elle a failli mourir à cause du système de freinage supposément défectueux de son véhicule. Elle porte un t-shirt avec le logo de Tesla et l'inscription "freins défaillants". Plaquée au sol par des agents de sécurité en civil, elle a ensuite été incarcérée pour cinq jours par la police de Shanghai pour trouble à l'ordre public.

Réactions d'une association de consommateurs, de l'autorité de régulation des marchés

L'affaire a suscité l'émoi en Chine. Mardi, l'agence de presse officielle Xinhua avait publié un article pointant la qualité des véhicules Tesla, souligne le Los Angeles Times. "En tant que marque 'star' de l'industrie automobile, les exigences personnelles de Tesla en matière de qualité et d'engagement envers les utilisateurs doivent correspondre aux attentes du marché, afin de gagner la confiance et la faveur d'un plus grand nombre de consommateurs", peut-on lire dans le texte de l'agence.

L'autorité de régulation des marchés (SAMR) est monté au créneau mercredi soir. "Une propriétaire de Tesla ayant récemment défendu ses droits lors du Salon de l'auto de Shanghai a suscité une grande attention", a indiqué dans un communiqué le régulateur, en référence à la vidéo. Il dit avoir demandé à ses services à Shanghai et dans la province du Henan, dans le centre de la Chine, d'où est originaire la conductrice, de "protéger les droits et intérêts légitimes de cette consommatrice". Toute entreprise "doit assumer ses responsabilités en matière de qualité et de sécurité", a souligné la SAMR dans une critique à peine voilée contre Tesla.

Par ailleurs, l'influente association des consommateurs de Chine s'est également fendue d'un communiqué pour exprimer sa "préoccupation". Face aux plaintes, "les entreprises doivent écouter attentivement, négocier sincèrement et fournir aux consommateurs des explications appropriées et des solutions efficaces", a relevé l'organisme.

Un long message du constructeur sur Weibo

Tesla a finalement fait savoir jeudi qu'il était en contact avec les autorités et qu'il acceptait une enquête au sujet des griefs de la cliente mécontente. Tesla a ainsi réagi officiellement sur son compte Weibo par un long message, expliquant notamment avoir pris contact avec la conductrice et sa famille.

"Nous nous excusons de ne pas avoir résolu à temps le problème du propriétaire de la voiture", avait écrit le constructeur, qui détaille ensuite toutes les mesures prises.

"Nous promettons une fois de plus: nous coopérerons sans réserve avec les autorités de régulation pour mener des enquêtes approfondies et accepter ouvertement la surveillance sociale. Nous sommes disposés à effectuer des tests dans tout organisme de test qualifié et faisant autorité à travers le pays avec le consentement du client, la désignation ou la supervision du gouvernement et le témoin conjoint des trois parties", peut-on également lire dans le message publié par la marque automobile.

La Chine est le plus important marché pour la marque et marque aussi une jolie success-story. Le mois dernier, Tesla y a écoulé quelque 35.478 véhicules électriques, loin devant son premier concurrent, une coentreprise associant General Motors et le constructeur local SAIC Motor. L'entreprise d'Elon Musk a construit en Chine sa troisième usine à Shanghai en 2019 et un quart de sa production totale est écoulé dans le pays.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet avec AFP Journaliste BFM Auto