BFM Auto

    Renault annonce la fermeture du site de Choisy-le-Roi

-

- - Renault

Sur les 14 sites Renault en France, seul celui de Choisy-le-Roi devrait fermer a annoncé Jean-Dominique Senard le président de Renault. Les fonderies de Caudan (Morbihan), ne fermeront pas.

Le plan d'économies de Renault prévoit la fermeture d'un seul site en France, celui de Choisy-le-Roi dans le Val-de-Marne, a déclaré vendredi le président du constructeur automobile, Jean-Dominique Senard, lors d'une conférence de presse.

"Contrairement à ce qui a été écrit ici ou là, nous ne fermerons qu'un seul site à l'horizon 2022, sur nos 14 sites industriels en France, c'est Choisy pour lequel nous allons valoriser les compétences en région parisienne", a-t-il dit.

"Ce que nous recherchons ce sont des réductions de frais de structures, ce n'est pas un plan de fermetures de sites, c'est un plan d'économie global et cohérent", a affirmé Jean-Dominique Senard, au sujet du plan d'économies de plus de deux milliards d'euros sur trois ans qui prévoit 4600 suppressions d'emploi sur 48.000 en France, et plus de 10.000 hors de France.

"Chaque décision, chaque mesure d'économie a été longuement soupesée en pensant aux salariés que bien entendu ces décisions pourraient troubler", a dit Jean-Dominique Senard.

"C'est notre responsabilité aujourd'hui de prendre des décisions difficiles, et nous le faisons car nous avons la conviction que ces décisions sont les bonnes et toujours dans le respect des personnes et des organisations (...). La crise (...) nous oblige à agir", a-t-il ajouté.

"L'entreprise ne peut plus supporter le poids de ses frais généraux compte tenu du retournement du marché", a expliqué le président du groupe, qui a succédé l'an dernier à Carlos Ghosn, réfugié au Liban après avoir été poursuivi pour malversations au Japon.

De son côté, la direction de la Fonderie de Bretagne (FDB) et la CGT ont annoncé vendredi à l'issue d'un CSE extraordinaire à Lorient que l'usine située à Caudan (Morbihan), qui appartient au groupe Renault, ne fermerait pas, alors que près de 400 emplois étaient en jeu.

"Pas de fermeture de FDB, pas de projet de repreneur FDB!", a lancé Mael Le Goff, représentant de la CGT, à des employés parfois en pleurs. "Je vous confirme que la fonderie ne fermera pas", a également déclaré Laurent Galmard, directeur général de FDB, alors que Renault a présenté un plan d'économies sur trois ans prévoyant la suppression d'environ 15.000 emplois dans le monde, dont 4600 en France. 

A.-K.M avec AFP