BFM Auto

Neige: le sel, cet allié des automobilistes, moins des carrosseries

Une déneigeuse ce mardi 6 février sur la N118, dans les Yvelines. Le sel empêche lui l'eau de geler à 0°C, donc à la neige d'adhérer à la chaussée.

Une déneigeuse ce mardi 6 février sur la N118, dans les Yvelines. Le sel empêche lui l'eau de geler à 0°C, donc à la neige d'adhérer à la chaussée. - Samuel Boivin / AFP

Répandu en grande quantité ces dernières heures, le sel évite par ses propriétés la formation de plaques de verglas sur les routes. Mais s’attaque souvent aux carrosseries.

L’arrivée de la saleuse fait souvent figure de chevalier blanc pour les automobilistes en difficulté sur les routes glissantes. Le sel a en effet la propriété de retarder la transformation de l’eau en glace, d’où l’utilisation de centaines de kilos de sel pour 1000 kilomètres, voire plus, quand les quantités de neige annoncées sont importantes comme ces dernières heures.

Empêcher l’eau de geler au sol

Quand la température passe sous la barre des 0°C, les molécules d’eau (un atome d’oxygène, deux d’hydrogène) ne s’agitent plus, au point de se lier durablement entre elles. La glace se forme. Or, si la route est salée, le sel va contribuer à faire reculer le point de gel.

"Les molécules de sel se dissocient en leurs ions sodium et chlorure, exactement comme lorsque l’on introduit du sel de cuisine dans un verre d’eau, explique Didier Perret, docteur à l’université de Genève, section chimie et biochimie, à la Radio Télévision Suisse. Ces ions apprécient la proximité des molécules d’eau et perturbent localement l’arrangement de ces dernières".

Résultat: l’eau reste liquide, et ne gèlera alors qu’à -2°C, même – 5°C, selon la quantité de sel déposée sur le sol.

Une action inefficace sur une route déjà enneigée

Paradoxalement, si l’eau reste liquide, sa température passera bien en-dessous de 0. Elle perd en effet son énergie par les molécules de sel. Ensuite tout dépend du type de sel utilisé. Comme le rappelle le magazine Challenges, jusque -8°C, les chlorures de calcium et de magnésium sont les plus efficaces. Le passage des voitures sur la route contribue ensuite à répandre le sel sur toute la route, donc à son efficacité.

"Contrairement à ce que l’on pense parfois, le sel n’est pas répandu sur la neige: il est utilisé en prévention, sur la chaussée, avant que la neige ne tombe. Ainsi, elle fond en arrivant au sol et se mélangeant au sel, précise Jean-Charles Thomas, chef de centre d’entretien d’AREA, sur le site des réseaux autoroutiers APPR/AREA. Mais quand la neige couvre la chaussée, une seule solution: la racler!"

La Mairie de Paris précise ainsi que sur une chaussée traitée, la neige fond de 2 centimètres par heure. Au-delà de 5 centimètres par heure, les agents de la Mairie de Paris déneigent, avant de saler.

Meilleur ennemi des carrosseries

Indispensable pour permettre la circulation en hiver, le sel n’est en revanche pas le meilleur ami des carrosseries. Très corrosif, il s’attaque en effet souvent aux bas de caisse des véhicules. Mais pendant la période hivernale, difficile de l’éviter.

"Le sel pénètre partout, on ne peut rien faire, constate Philippe Debouzy, garagiste en région parisienne, et président national agents et indépendants, au Conseil Nationale des Professions de l'Automobile (CNPA) . En revanche, au printemps, il faut réaliser un vrai lavage de son véhicule pour bien enlever le sel, notamment sous la voiture".

Pauline Ducamp