BFM Business

Paris: des parents décident de sécuriser eux-mêmes les passages piéton, après un accident mortel 

Des parents du 16e arrondissement se mobilisent pour faire la circulation aux passages piéton.

Des parents du 16e arrondissement se mobilisent pour faire la circulation aux passages piéton. - BFM Paris

Une semaine après la mort d'une petite fille, percutée par un camion à un passage piéton dans le 16e arrondissement, des parents d'élèves ont décidé d'assurer eux-mêmes la sécurité aux carrefours. Ils dénoncent le manque de sécurité et de dispositifs de signalisation.

L'émotion est toujours vive dans le 16e arrondissement après la mort de Sixtine, 11 ans. Lundi dernier, sur le chemin de l'école, la petite fille était percutée mortellement par un camion, alors qu'elle traversait au vert sur un passage piéton. Le conducteur du camion, également passé au vert, n'aurait pas vu l'enfant traverser.

Depuis le drame, les parents d'élèves se mobilisent et dénoncent la dangerosité de nombreux carrefours du 16e arrondissement. Ce mardi matin, ils ont décidé de prendre les choses en main en assurant eux-mêmes la sécurité aux passages piéton. Vêtus de gilets jaunes, ils se sont disposés sur des points stratégiques, pour aider les enfants et les piétons à traverser. 

"C'est sur la base du volontariat, pour chaque parent qui se sent concerné avec ce qui s'est passé avec la petite Sixtine. On cherche à identifier des carrefours qui soient dangereux et chaque parent peut décider de donner 45 minutes de son temps pour assurer sa protection", explique Philippe, parent d'élèves. 

Vitesse et comportements dangereux

Environ 70 parents d'élèves sont ainsi mobilisés et se coordonnent sur un groupe Whatsapp. Devant les passages piéton, ceux-ci réalisent les difficultés auxquelles sont confrontés les enfants.

"Le problème c'est la vitesse, personne ne ralentit. Il y a des gens qui remontent à contresens des rues, parce qu'ils ont peur de perdre 40 secondes de leur temps, et des camions qui passent à l'heure de l'entrée des enfants, c'est une aberration", résume Philippe. 

Les parents du 16e arrondissement réclament des actions pour sécuriser les carrefours. Une pétition en ligne qui rassemble plus de 11.000 signatures propose la pose de radars pédagogiques ou de dos d'âne pour faire ralentir les automobilistes. Ils suggèrent aussi de diminuer le trafic auprès des écoles avec des rues à sens unique.

Un état des lieux avec la mairie du 16e

Mercredi, les parents d'élèves seront reçus à la mairie du 16e arrondissement pour dresser un état des lieux.

"Nous allons étudier l'arrondissement rue par rue, nous allons relister, recibler l'ensemble des endroits où les points école devraient être assurés", explique Danièle Giazzi, maire LR du 16e. L'élue déplore néanmoins des appels "restés sans réponse" de la part de la mairie centrale et une dizaine de points "très dangereux". 

"On va essayer de faire une action plus ciblée et plus forte envers la mairie de Paris", ajoute-t-elle. Certaines mesures réclamées par les parents ne sont toutefois pas possibles explique la maire d'arrondissement, comme les dos d'âne sur lesquels les bus ne peuvent pas circuler.

A l'issue de la réunion de mercredi, Danièle Giazzi adressera à la mairie de Paris une "lettre ouverte globale" recensant les carrefours identifiés comme dangereux. Mercredi, une marche blanche en hommage à Sixtine se tiendra également dans l'arrondissement. 

Carole Blanchard