BFM Business

Motos, scooters: la France va-t-elle vraiment imposer un contrôle technique en 2022?

Pour faire baisser le nombre d'accidents, l'Union européenne a décidé d'imposer le contrôle technique pour les motos, scooters et quads

Pour faire baisser le nombre d'accidents, l'Union européenne a décidé d'imposer le contrôle technique pour les motos, scooters et quads - Triumph Motorcycles

En annonçant que le contrôle technique des motos, scooter et quads sera appliqué en 2022, la Belgique soulève le dossier en France qui reste le dernier pays d'Europe à ne pas avoir encore validé ce projet imposé par l'Union européenne.

Ce ne sera pas demain, mais presque. La France pourrait bientôt imposer le contrôle technique pour les motos, les scooters et même les quads. En effet, une réglementation européenne l'impose à tous les Etats de l'Union. Or la France est le dernier pays à ne pas encore l'avoir instauré. La date limite pour se mettre en conformité a été fixée en 2022.

Selon cette directive, l'instauration d'une procédure de contrôle technique doit réduire les risques d'accident. Les propriétaires devront, comme le font les automobilistes, faire vérifier les éléments de sécurité (frein, éclairage, pneus, direction, structure du cadre, pollution sonore et émission) de leur engin dans un atelier agréé. Comme pour les autres véhicules, ceux à quatre roues, ces contrôles devront être faits tous les deux ans pour les véhicules de plus de 4 ans.

Un projet évoqué depuis 2007

Ce projet est agité depuis des années. En 2007, une note de l’Observatoire national interministériel de la Sécurité routière (ONISR) préconisait le contrôle technique des motos. En 2008, un rapport du Conseil des Ponts et Chaussées publie un rapport pour inciter à mettre en place cette mesure.

Le contrôle technique est décidé en 2015 par le Comité interministériel de la sécurité routière pour une entrée en vigueur en 2017. La réforme, très contestée par les associations de motards, est abandonnée bien avant. Désormais, cette question revient via une règle européenne que seule la France n'a toujours pas appliquée. La Belgique, qui faisait aussi de la résistance, a annoncé il y a quelques jours une mise en place du contrôle technique à la date butoir du 1er janvier 2022. En France, la position des associations de motards ne change pas d'un iota. 

"C'est une aberration", réagit Didier Renoux, responsable de la communication de la Fédération française des motards en colère (FFMC) lors d'un entretien téléphonique avec BFMTV.
"Les deux roues sont entretenus pour une raison très simple, si les engins ne sont pas entretenus, les motards risquent leur vie. Ils font un entretien bien plus sérieux que les automobilistes, pour preuve, environ 1% des accidents sont causés par des problèmes techniques", explique le porte-parole en rappelant les chiffres de la Sécurité routière.

La limitation à 80 km/h pour éviter l'obstacle?

Pour la FFMC, le problème repose aussi sur la faisabilité du dispositif. "Personne en France ne sait le faire et le maillage territorial est impossible. Certains devront faire une centaine de kilomètres pour se rendre dans un centre de contrôle", estime la FFMC en rappelant que même les associations de constructeurs y sont opposées.

"En 2015, certains avaient proposé un contrôle obligatoire avant les ventes d'occasion, mais l'opération, si elle était compréhensible pour éviter les problèmes entre particuliers, n'était déjà pas rentable", signale la FFMC.

Ce dispositif va, quoi qu'il en soit être imposé dès le 1er janvier 2022. Pour y échapper, la France peut avancer la baisse des accidents en deux roues motorisés.

En effet, la directive prévoit une exception. "Les États membres peuvent exclure ces véhicules des tests s’ils présentent des mesures de sécurité routière efficaces de remplacement, en tenant compte en particulier des statistiques des cinq dernières années sur la sécurité routière".

La limitation de la vitesse à 80 km/h, qui a fait baisser le nombre d'accidents selon les derniers chiffres de la Sécurité routière, pourrait devenir un argument. "La mortalité motocycliste est en baisse (-2%), soit 14 motocyclistes tués de moins qu’en 2018 (...) confirmant la forte baisse par rapport à 2010 (-46 % depuis 2010)", indique le rapport publié en janvier 2020. Cette mesure contestée par les motards va-t-elle finalement permettre d'éviter la création de ce contrôle?

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco