BFM Auto

Limitation de vitesse: les 80km/h bientôt à la carte?

Une proposition de loi adoptée au Sénat pourrait assouplir la limitation à 80km/h.

Une proposition de loi adoptée au Sénat pourrait assouplir la limitation à 80km/h. - AFP

Une proposition de loi adoptée ce mardi au Sénat offre la possibilité aux préfets d’aménager localement la réglementation à 80km/h. Certains tronçons de route pourraient alors repasser à 90.

Le débat se poursuit autour des 80km/h. En attendant d’éventuelles propositions issues du grand débat, où cette mesure a été beaucoup discutée, les sénateurs ont voté ce mardi une proposition de loi, dans le cadre des discussions sur la LoM (loi d’orientation des mobilités).

Déposée par le sénateur LR de la Haute-Saône, Michel Raison, cette proposition autorise les présidents des conseils départementaux et les préfets à relever la vitesse à 90km/h sur certaines portions de route, passées depuis le 1er juillet 2018 à 80.

Une décision des présidents de département et de préfets

Les présidents des conseils départementaux seront compétents pour les routes départementales, les préfets pour les routes nationales.

"Mais ces derniers ne décideraient pas seuls de ces aménagements. Je propose la création de comités dans lesquels les préfets interviendraient pour analyser l'accidentalité et voir dans quelle mesure il est pertinent de revenir sur le 80 km/h", explique le sénateur dans Le Figaro.

Cette hausse de la limitation de vitesse ne pourra se faire qu’après avis du conseil départemental sur la sécurité routière.

"C’est une sorte d’amendement de cohérence, a résumé Michel Raison, sur Public Sénat, précisant que "le Sénat est là pour essayer d’apaiser notre pays, pas pour faire obstruction au travail du gouvernement ou du président de la République".

Emmanuel Macron ouvert à un aménagement

Les sénateurs critiquent depuis le début le passage à 80km/h sur toutes les routes bidirectionnelles sans séparateur central. De nombreux élus locaux demandaient en effet depuis l’an dernier un aménagement des 80km/h, selon la dangerosité des différentes portions de routes. Ces critiques avaient été entendues par le Président de la République. Dans le cadre du grand débat, fin janvier, Emmanuel Macron s’était dit ouvert à un aménagement des 80km/h. Il avait par ailleurs toujours évoqué une évaluation de la mesure, deux ans après sa mise en place, et son possible retrait si elle n’était pas efficace, avec une baisse significative du nombre de morts.

Le gouvernement s’était montré plus inflexible sur un changement de limitation de vitesse sur les routes nationales et départementales. Emmanuelle Borne, la ministre des Transpirts, a elle demandé le retrait de l'amendement, plaidant pour attendre juillet 2020, et l'évaluation de la mesure.

Pour être appliqué, l’amendement sur l’assouplissement des 80 devra encore être adopté par les députés dans les prochaines semaines, lorsqu’ils discuteront eux aussi la loi sur les mobilités. "La bataille va être rude", concède Michel Raison.

Pauline Ducamp