BFM Auto

Les voitures françaises, grandes gagnantes de la prime à la conversion

269.000 demandes de primes ont été enregistrées début novembre. Si la majorité des Français en profitent pour acheter des modèles d’occasion, les petites voitures neuves bénéficient aussi de ce coup de pouce de l'Etat,? Et majoritairement, ce sont des Renault, des Dacia, des Peugeot et des Citroën.

Renault Clio, Dacia Sandero, Peugeot 208, c’est le Top 3 des voitures les plus achetées par les Français depuis le début de l’année grâce à la prime à la conversion, voitures neuves et voitures d’occasion confondues.

Plus largement, les marques hexagonales bénéficient pleinement de ce dispositif puisque les 10 modèles les plus vendus proviennent de Citroën, Dacia, Peugeot et Renault, selon des données transmises par le ministère de la Transition écologique et solidaire. Sans surprise, ce sont aussi les modèles les plus vendus en France depuis le début de l'année, également sans prime. 

De petits modèles qui émettent peu de CO2

A la quatrième place des meilleures ventes avec prime se trouve la Citroën C3, suivie des Renault Twingo (5e) et Captur (6e). Les Peugeot 2008 (7e) et 308 (8e) précèdent le dernier Dacia Duster (9e) et la Renault Mégane (10e). Et en majorité, ces voitures françaises sont plutôt de petite taille. 

Le dispositif de la prime à la conversion favorise en effet les petits véhicules, en particulier en neuf. La prime à la conversion s’applique pour la mise au rebut d'une essence d'avant 1997 ou d'un diesel d'avant 2001, et l’achat d’un modèle électrique, hybride, mais aussi thermique émettant moins de 130 grammes de CO2 par kilomètres, estampillé Crit’Air 1 (essence) ou Crit’Air 2 (essence et diesel). Or moins une voiture est lourde, moins elle consomme, donc moins elle émet de CO2. Cela avantage de facto les citadines.

De petits modèles pas trop chers

Par ailleurs, le montant de la prime (1000 euros pour les foyers imposables, 2000 euros pour les foyers non imposables) se prête aussi bien aux petits modèles, dont les prix sont les moins élevés.

"14.000 euros, c’est le montant moyen de l’achat quand on touche une prime à la conversion, avec 2500 euros de prime (sic), les deux tiers sont des ménages non imposables, dont 95% hors de la région Ile-de-France. Ce dispositif touche bien la cible des personnes plutôt en zone rurale qui en ont besoin", expliquait le 02 novembre sur France Info Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat auprès de François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire.

La Fiat Panda a doublé ses ventes

Chez les constructeurs généralistes, la prime a boosté les ventes, chez Fiat par exemple. "La Panda a bénéficié d’un regain d’intérêt indéniable grâce à la prime à la conversion, nous explique un porte-parole de la marque italienne. Les ventes ont doublé par rapport à l’an dernier, à fin novembre nous étions à 12.577 immatriculations". Commercialisée à partir de 9690 euros, elle devient très intéressante avec une remise de 2000 euros. A tel point que la Panda représente à elle seule 17,6% des ventes de Fiat, alors que ce modèle s'avère déjà ancien.

Autre exemple chez Citroën, où 50% des commandes du modèle de la C1 (5.700 voitures à fin novembre) se font grâce à la prime. Les marques ajoutent aussi souvent des primes de reprise à la prime à la conversion. Renault ajoute ainsi 800 euros à la prime à la conversion, Volkswagen ajoute 3500 euros aux 1000 euros (minimum) de la prime.

Environ 269.000 dossiers déposés

Au 20 décembre, 268.843 primes à la conversion ont été déposées depuis le 1er janvier, dont 231.460 ont déjà été validées. 61% des primes portent ainsi sur des véhicules d’occasion. Difficile en revanche de trouver des voitures électriques dans les ventes, malgré une prime de 2500 euros.

Aucune Renault Zoé ne figure par exemple dans le Top 3 des ventes chez Renault grâce à la prime. Le prix, même bonus et prime déduite, reste élevé en neuf, aux environs de 25.000 euros. Seul Toyota écoule des modèles hybrides, comme la Yaris ou l’Auris (16% des véhicules vendus grâce à la prime sont des hybrides). Même constat chez les marques premium. Elles ne bénéficient pas que très peu de la prime, en raison de leur prix élevé, comme nous l’avons vérifié chez DS ou encore Mercedes.

Combien de voitures diesel?

Le ministère reste cependant très discret sur un détail: les motorisations choisies par les clients. En mai dernier, le ministère expliquait que 80% des voitures mises à la casse, via le dispositif, étaient des diesel. La part de voitures diesel achetées était alors "inférieure au 80% de diesel mis au rebut", nous expliquait alors un porte-parole du ministère. Les plus petites citadines (comme les Twingo ou C1) ne sont plus produites avec des moteurs diesel depuis plusieurs années.

En revanche, des modèles plus imposants (comme le trio de tête) sont éligibles dans les deux motorisations. Quant au Dacia Duster, lui n’est d’ailleurs éligible qu’en diesel, car toutes les motorisations essence dépassent le plafond d'émissions de CO2 pour bénéficier de la prime. A noter que sur certaines versions du Duster, achetées neuves, le client bénéficiera de la prime, mais paiera un malus de 73 euros, pour la version dCi 115 4 roues motrices.

Julien Bonnet et Pauline Ducamp, avec Kevin Delamourd