BFM Auto

Les vignettes Crit'Air remises en cause par Barbara Pompili

La ministre de la Transition écologique a estimé ne pas savoir si la vignette Crit'Air "est complètement adaptée à la réalité de nos besoins", évoquant une "bonne base" mais à "adapter".

Vers une réforme des certificats de qualité de l'air, plus connus sous le nom de vignette Crit'Air? Ce vendredi, alors que Paris et Lyon ont mis en place la circulation différenciée pour limiter les effets du pic de pollution, Barbara Pompili s'est interrogée sur la pertinence de ce système en vigueur depuis 2016.

"D'une manière générale, il faut qu'on réussisse à mieux anticiper (les pics de pollution) et peut-être à mieux critériser. Aujourd'hui, les vignettes Crit'Air, je ne sais pas si elles sont complètement adaptées à la réalité de nos besoins donc il faut peut-être qu'on les revoie", a expliqué la ministre de la Transition écologique à l'antenne de BFMTV.

Interrogée sur un possible durcissement du système Crit'Air, Barbara Pompili a indiqué qu'il s'agissait d'une "bone base" mais "qu'il faut les adapter".

Les limites du système Crit'Air

Mis en place lorsque Ségolène Royal était ministre de l'environnment de François Hollande, le système Crit'Air distingue les véhicules selon leur motorisation (essence, diesel et électrique) et leur ancienneté. Mais il pourrait intégrer d'autres critères, comme la puissance du moteur.

Actuellement, une supercar équipée d'un moteur essence surpuissant mais récent reçoit par exemple une vignette Crit'Air 1 et peut donc rouler lors des pics de pollution. Ce ne sera pas le cas pour un véhicule, même équipé d'un moteur essence bien moins puissant, mais immatriculé avant le 31 décembre 2005, qui reçoit lui une vignette Crit'Air 3. Deux exemples extrêmes qui permettent toutefois de mettre en lumière les limites du système Crit'Air.

Depuis 2016, pour faire face aux pics de polliton, la circulation différenciée (selon la vignette Crit'Air) a remplacé la circlation alternée, qui autorisait de son côté les véhicules à rouler selon leur numéro de plaque d'immatriculation, pair ou impair.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto