BFM Business

Les recettes des radars en baisse malgré le passage à 80km/h

Si les radars ont plus flashé après le passage à 80 km/h, les recettes sont en baisse depuis le début de l'année.

Si les radars ont plus flashé après le passage à 80 km/h, les recettes sont en baisse depuis le début de l'année. - Pascal Guyot - AFP

Les recettes des radars automatiques sont en baisse de 15% depuis le début de l'année. La sécurité routière évoque les effets de l'obligation pour les entreprises de désigner le salarié qui aurait commis une infraction et la dégradation des cabines.

Les recettes des radars sont en baisse de 15% depuis le début de l'année, nous a indiqué la Sécurité routière, confirmant l'information publiée par nos confrères de RTL

Des véhicules de société plus sages

Une information qui peut surprendre quand on sait que les flashs avaient fortement augmenté suite au passage de la limitation à 80 km/h sur le réseau national le 1er juillet dernier.

En réalité, cette hausse des flashs n'a pas pu compenser la baisse des recettes liées aux infractions commises par les salariés à bord de véhicules de société. Les entreprises doivent en effet désigner le fautif aux autorités, sous peine d'une amende largement relevée. Une mesure adoptée depuis le 1er janvier 2017 mais qui a visiblement été davantage prise en compte depuis le début de l'année. Les PV concernant des salariés seraient ainsi en baisse de 10%.

Des dégradations en hausse

La sécurité routière évoque aussi les dégradations de radars en hausse. Une première vague de cabines hors-service avait été constatée suite au passage à 80 km/h et, plus récemment, avec le mouvement des gilets jaunes. Si le chiffre n'a pas été confirmé par le ministère de l'Intérieur, 600 radars, soit 20% du parc total, auraient été neutralisés ces derniers mois. En plus du coût de nettoyage, des réparations voire du remplacement des radars mais aussi du manque à gagner pendant leur indisponibilité, la Sécurité routière rappelle que ces cabines sont placées dans des zones dangereuses. Les dégrader reviendrait donc à favoriser les accidents.

Julien Bonnet