BFM Business

Les accidents de la route, première cause de mortalité des enfants et des jeunes dans le monde

1,35 million de personnes perdent chaque année la vie sur les routes, selon le dernier rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur la sécurité routière.

1,35 million de personnes perdent chaque année la vie sur les routes, selon le dernier rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur la sécurité routière. - ANTHONY WALLACE / AFP

Dans le dernier rapport de l’OMS sur la sécurité routière, l’organisation mondiale de la santé recense 1,35 million de décès dans des accidents de la circulation dans le monde.

1,35 million de personnes perdent chaque année la vie sur les routes, selon le dernier rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur la sécurité routière. 50 millions de personnes sont elles blessées. Les accidents de la route représentent surtout dans le monde la première cause de décès chez les enfants et les jeunes âgés de 5 à 29 ans.

"Ces décès représentent un prix inacceptable pour la mobilité, a déclaré le directeur général de l'OMS, le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un communiqué. Il n'y a aucune excuse pour l'inaction. Ce rapport est un appel aux gouvernements et aux partenaires à prendre des mesures beaucoup plus importantes pour mettre en oeuvre ces mesures".

Aussi une question socio-économique

Le niveau de vie se présente comme un facteur déterminant dans la sécurité routière. Plus de 90% des décès sur les routes surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. C’est dans la Région africaine de l'OMS que les taux de mortalité sont les plus élevés, précise ainsi l’OMS dans ce rapport.

Ainsi, en Afrique 26,6 personnes sur 100.000 perdent la vie sur la route, contre 9,3 sur 100.000 en Europe. Même dans les pays à revenu élevé, les personnes appartenant aux classes socio-économiques défavorisées risquent davantage que les personnes plus aisées d’être impliquées dans un accident de la route, précise l’organisation.

"Durant la même période, le nombre de véhicules a considérablement augmenté, alors que le nombre de décès pour 100.000 habitants est passé de 135 en 2000, à 64 en 2016, peut-on lire dans le rapport. Cela représente plus de 50% de baisse", précise l’OMS.

Ces succès sont largement attribués par les experts à une meilleure législation concernant les principaux risques tels que la vitesse, l'alcool au volant et l'absence de port de la ceinture de sécurité, du casque de moto ou de sièges auto pour enfants. L'OMS souligne également l'importance d'infrastructures plus sûres comme des trottoirs et des voies réservées aux cyclistes et aux motocyclistes ainsi que l'amélioration des normes de véhicules, comme celles qui imposent un contrôle électronique de la stabilité et un freinage avancé. L’organisation dépendante des Nations Unies propose également plusieurs programmes pour lutter contre la mortalité sur les routes.

Pauline Ducamp, avec AFP