BFM Business

La sécurité routière confirme une baisse historique du nombre de morts en 2018

Malgré le débat sur le passage à 80km/h et les dégradations de radars, 2018 s'impose comme une année historique sur le plan de la sécurité routière.

Malgré le débat sur le passage à 80km/h et les dégradations de radars, 2018 s'impose comme une année historique sur le plan de la sécurité routière. - PASCAL PAVANI / AFP

Sur fond de passage aux 80km/h contesté, l'année 2018 a bien été la moins meurtrière sur les routes de France, avec 3488 morts, soit 7 de moins que lors du précédent record, enregistré en 2013.

Si de nombreux départements français s'apprêtent à revenir sur la mesure contestée des 80km/h, la sécurité routière continue de souligner le bon bilan enregistré l'an dernier.

Un nouveau bilan positif après celui de janvier

Au total, 3488 personnes ont été tuées sur les routes de France en 2018, selon un bilan complet communiqué ce mercredi 29 mai. Un chiffre qui représente 196 morts de moins qu'en 2017 et 7 de moins qu'en 2013, année de référence et qui représentait jusqu'ici un plus bas historique.

En janvier dernier, alors qu'il défendait encore l'abaissement à 80km/h d'une grande partie du réseau routier, le Premier ministre avait annoncé un chiffre sensiblement inférieur, à 3259 morts, le qualifiant déjà de "plus-bas historique". Un chiffre qui recouvrait en réalité uniquement la France métropolitaine, alors que celui publié aujourd'hui ajoute aussi les statistiques des départements et collectivités d'outre-mer.

Malgré le débat sur le passage à 80km/h, sur lequel le gouvernement a récemment fait machine arrière, et les dégradations de radars, 2018 s'impose donc comme une année historique sur le plan de la sécurité routière.

Les automobilistes, premiers concernés par la baisse de la mortalité

"Cette baisse de la mortalité s’atténue à partir du mois de novembre, et ce jusqu’à la fin de l’année. Cette période correspond à la forte dégradation des dispositifs de contrôles automatique", a souligné la sécurité routière dans un tweet

Autres enseignements de ce bilan, pour la France métropolitaine: une mortalité routière est en baisse chez les automobilistes (-7%), les motocyclistes (-6%) et les piétons (3%). La mortalité routière augmente en revanche pour les cyclomotoristes, les deux-roues dont la cylindrée est inférieure à 50 cm3 (+14%) et pour les cyclistes (+1%).

Si les 18-24 ans représentent toujours la tranche d'âge la plus à risque, la sécurité routière se félicite tout de même d'une nouvelle baisse enregistrée l'an dernier, avec 59 personnes tuées en moins par rapport à 2017 (-10%).

Julien Bonnet