BFM Auto

Découvrez les 49 premiers départements qui annoncent déjà leur retour aux 90km/h

Le retour à 90 est mis en avant par de nombreux présidents de départements.

Le retour à 90 est mis en avant par de nombreux présidents de départements. - PASCAL PAVANI / AFP

De nombreux présidents de conseils départementaux se disent favorables à repasser certaines routes à 90km/h, suite à l'annonce du Premier ministre Edouard Philippe cette semaine d'un assouplissement de la mesure des 80km/h. Certains reprochent toutefois à l'exécutif de se décharger de sa responsabilité concernant la mortalité routière au niveau national.

C'était un revirement attendu par de nombreux automobilistes: cette semaine, le Premier ministre Edouard Philippe a fait machine arrière sur une mesure qu'il avait pourtant portée à bras le corps: le passage du réseau secondaire à 80km/h.

Le chef du gouvernement a indiqué qu'il ne voyait "aucun inconvénient" à laisser les conseils départementaux déroger à cette limitation, entrée en vigueur en juillet 2018 et à fixer eux-mêmes la vitesse maximale autorisée.

Des élus déjà prêts à remettre les panneaux 90km/h

Dans les médias nationaux et locaux, de nombreux élus n'ont pas tardé à réagir. Une large majorité de présidents de conseils départementaux ont ainsi exprimé leur volonté de repasser certaines routes à 90km/h.

En Côte-d'Or, François Sauvadet (UDI) a ainsi estimé que "90% du réseau" de son département "pourront repasser à 90km/h". "Je n’ai pas besoin d’injonctions parisiennes, ni pour définir la vitesse applicable sur ces routes, ni pour recevoir des leçons de sécurité routière", a déclaré au Parisien cet opposant de la première heure au passage à 80.

En Moselle, 90% des routes repasseraient aussi à 90km/h. "Dans le Finistère, Nathalie Sarrabezolles (PS) avait demandé aux agents de conserver les panneaux 90. Au cas où il faudrait les remettre un jour", rappelle France Bleu.

Certaines routes encore à 80, voire moins

Se disant favorables à un retour partiel à 90km/h, de nombreux élus expriment aussi leur souhait de mieux adapter la limitation à la dangerosité de certaines routes, quitte à maintenir certaines portions à 80 voire moins.

"D'ici la fin de l'année, certains ajustements seront mis au point soit en revenant à 90km/h, soit en descendant à 70 ou 60km/h dans certains secteurs qui nous paraissent particulièrement dangereux", a expliqué Georges Ziegler (LR), président du conseil départemental de la Loire.

Même son de cloche dans les Yvelines: 

"On peut rétablir les 90 km/h sur certaines portions, mais sur d’autres, dans les secteurs accidentogènes, il faut même abaisser la vitesse à 70 km/h", a indiqué Jean-François Raynal (LR) au Parisien.

Certains contre une sécurité routière sur-mesure

Certains présidents de départements se montrent toutefois prudents, refusant d'assumer la responsabilité d'une hausse potentielle de la mortalité routière.

Dans le Rhône, Christophe Guilloteau estime par exemple que c’est à l’Etat de revenir sur les arrêtés ayant conduit au passage de la vitesse à 80 km/h, note Le Progrès. "Si dans la foulée, on recensait un accident, ce serait de ma faute", réagit le président du département.

D'après un porte-parole du conseil départemental du Lot-et-Garonne, la question doit se régler sur le plan national, souligne un article de La Dépêche:

"Renvoyer la responsabilité aux Départements de déroger, dans le domaine de la sécurité routière, à une réglementation nationale n'est ni juste, ni efficace, ni sérieux. Le sur-mesure est en soi potentiellement accidentogène, c'est un non-sens! Chacun peut avoir son avis sur la question, la population est d'ailleurs assez divisée sur le sujet, mais ce n'est pas une raison pour faire n'importe quoi. Il s'agit de sécurité routière!"
"Il faut conserver une norme nationale. Il faut de l’homogénéité. Si tel département est à 80 km/h, quand le voisin est à 90 km/h, ça va vite devenir ingérable", note de son côté le président du conseil départemental d’Ille-et-Vilaine, Jean-Luc Chenut, dans Ouest France.
Julien Bonnet, avec Nina Godart et Anne-Katell Mousset