BFM Auto

Ile-de-France: la mobilité bouleversée depuis le déconfinement

Les habitudes de déplacements des Franciliens ont considérablement évolué depuis le déconfinement, avec une pratique du télétravail encore très importante et des habitudes de déplacements chamboulées.

Le confinement a clairement bousculé nos habitudes de déplacements. Après une France quasi à l'arrêt à partir du 17 mars, le déconfinement entamé le 11 mai dernier laisse entrevoir une évolution dans la manière de se déplacer, en particulier dans les trajets liés au travail.

L'Ile-de-France, un hub de mobilité en déconfinement

C'est un des points développés dans une étude menée par le cabinet Inov360 qui cherche à mieux comprendre l'impact de la crise du Covid-19 sur la mobilité à Paris et en Ile-de-France. Une étude en trois volets, dont le premier vient d'être publié ce jeudi avec un sondage mené du 8 au 17 juin auprès d'un large panel*. De quoi disposer d'un aperçu de l'évolution des pratiques dans un territoire particulièrement intéressant compte-tenu de son importance en termes de déplacements avant la crise sanitaire.

"On compte un peu plus de 12 millions d'habitants en Ile-de-France et 43 millions de déplacements un jour de semaine en moyenne, ce qui en fait une des zones les plus dynamiques d'Europe avec Londres", rappelle Vincent Pillloy, fondateur et directeur général de Innov360.

Parmi ces déplacements, 45%, étaient liés au travail. Le reste se répartissait entre 33% de trajets liés à "la vie quotidienne", comme faire les courses ou aller chez le coiffeur, et 21% pour les loisirs.

"Nous voulions axer le premier volet de notre étude sur le travail car cela représente le premier motif de déplacement, mais aussi car cela a clairement été un déclencheur du déconfinement, avec la nécessité de redémarrer l'économie", souligne Vincent Pilloy.

Encore 41% de Franciliens en télétravail

L'enquête d'Inov360 montre qu'un mois après le déconfinement, 41% des Franciliens n'ont pas encore repris en présentiel dans leur entreprise alors que 82% estiment que ce retour est utile voire indispensable. Dans ce contexte, les flux de déplacements restent encore inférieurs à la situation d'avant confinement: en plus de ceux restés en télétravail, 36% des Franciliens ne reviennent que partiellement. Un, deux ou trois jours par semaine sur leur lieu de travail.

L'étude note également une évolution significative des modes de déplacement: 31% des Franciliens empruntent moins ou plus du tout les transports en commun dans le cadre de leur mobilité professionnelle. Des usagers qui pratiquent davantage la marche à pied (38%), utilisent plus leur voiture (30%) ou sont passés au vélo (20%). Des chiffres au niveau de la région, qui peuvent varier si on prend en compte Paris intra-muros, où 60% des habitants n'ont pas de voiture, ou la petite et la grande couronne.

"Dans les mois à venir et en particulier à la rentrée, il sera intéressant d'observer comment ces pratiques vont évoluer, explique Vincent Pilloy. L'usage de la voiture pouvait être motivé dans un premier temps par une fréquence moindre des transports en commun et un trafic automobile relativement fluide."

Les deux prochains volets de l'enquête d'Inov360 devraient permettre d'observer cette évolution des pratiques. Le prochain sondage sera conduit du 7 au 14 juillet et le troisième du 10 au 17 septembre.

*Cette étude a été réalisée du 8 au 17 juin 2020 auprès de 12 066 personnes via un sondage en ligne. Les résultats ont été redressés afin d’être représentatifs de la réalité socio-économique de la région Île-de-France.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto