BFM Auto

Extension des zones 30 à Paris: quels impacts sur la pollution et la circulation?

La mairie de Paris va étendre les zones 30 à la quasi-totalité de la capitale.

La mairie de Paris va étendre les zones 30 à la quasi-totalité de la capitale. - Martin Bureau - AFP

Le Conseil de Paris qui se réunit ce lundi doit voter la mise en place de nouvelles zones limitées à 30km/h dans la capitale. Bouchons, pollution, niveau sonore, à quoi peut-on s'attendre?

Paris sera bientôt une zone 30 géante. D'ici 2020, la municipalité prévoit de faire passer 85% des rues à 30km/h. Un choix motivé par la volonté de créer des zones de circulation apaisées, plus agréables et moins dangereuses pour les piétons et cyclistes mais aussi de diminuer la pollution.

Un impact limité sur la pollution

Une baisse de la vitesse peut en effet avoir un effet sur la pollution. En 2014, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie a compilé plusieurs études qui le constatent. L'effet est particulièrement visible lorsque la vitesse est réduite sur les voies rapides. Dans 75% des cas, la limitation de la vitesse entraîne une diminution des émissions ou des concentrations de polluants (particules fines ou dioxyde d'azote). Mais concernant les limitations de vitesse sur les voies urbaines, les résultats sont plus contrastés.

"Contrairement aux axes rapides aucune tendance sur les concentrations ou les émissions ne semble se dégager", note l'ADEME.

L'agence a comparé différentes études qui obtiennent des résultats très différents sans pouvoir conclure formellement à une diminution nette de la pollution. Les aménagements urbains type dos d'âne, installés dans ces zones pour faire ralentir peuvent par ailleurs avoir des effets sur les émissions de pollution. L'alternance de phases d'accélération et de freinage contribue en effet à l'émission de polluants. 

Moins de bruit dans la ville

La plupart des études scrutées par l'ADEME ont par contre bien constaté une baisse du niveau sonore après la mise en place d'une zone 30. "Grâce à leur effet d'apaisement et de ralentissement du trafic, les zones 30 ont un impact positif sur l'environnement sonore à travers une baisse du bruit des véhicules allant de 1,4 à 2,7 dB", souligne l'ADEME.

Mais là encore, l'aménagement joue un rôle crucial. La mise en place de dos d'ânes, coussins ralentisseurs peut entraîner une augmentation du bruit, à cause des accélérations des automobilistes. 

Moins de bouchons? 

Diminuer la vitesse peut paradoxalement contribuer à aller plus vite en fluidifiant le trafic. Quand le nombre de véhicule augmente sur une voie, la vitesse va entraîner des coups de frein et une circulation en accordéon jusqu'à parvenir à l'embouteillage. En diminuant légèrement la vitesse (si la limitation est respectée) favorise l'écoulement du trafic: rouler moins vite permet de réduire les distances de sécurité et en conséquence de permettre à davantage de voitures de rouler sur un axe au même moment. 

Le phénomène avait été constaté après le passage du périphérique parisien de 80 km/h à 70 km/h. Six mois après ce changement de vitesse, une étude d'Inrix, spécialiste du trafic avait constaté une baisse de 36% des bouchons

Plus de sécurité pour les piétons

A Paris, les piétons sont les premières victimes des accidents de la route. En 2016, 23 piétons ont été tués et 1.689 blessés. Ces derniers sont particulièrement vulnérables face à la vitesse, la réduire peut donc contribuer à les protéger.

D'après l'association Prévention routière, un piéton a en effet 95% de chance de survie lors d'un choc à 30 km/h et seulement 53% à 50 km/h. 

Carole Blanchard