BFM Business

Et si un simulateur de conduite permettait de payer son assurance moins cher?

L'entreprise slovène Nervtech entend fournir les données récoltées pendant les simulations aux assurances et aux entreprises qui mettent au point des voitures autonomes.

Début mai, le Premier ministre Edouard Philippe avait évoqué la possibilité de permettre aux apprentis conducteurs de s’exercer sur un simulateur pour faire chuter le coût du permis. Et si ces simulateurs, ultra réalistes, pouvaient aussi faire varier le prix de votre assurance? C’est ce qu’entend proposer l’entreprise Nervtech. 

Etes-vous un "bon" ou un "mauvais" conducteur?

Au salon de la mobilité Movin’On organisé à Montréal (Canada) du 3 au 6 juin, le prototype de la société slovène était devenu l’attraction à essayer. Comme avec tout simulateur, l'expérience est amusante. Mais la machine de Nervtech a un petit quelque chose en plus: elle décortique et analyse tous les faits et gestes de l’utilisateur pour déterminer s'il est un "bon" ou un "mauvais" conducteur.

Le simulateur de conduite Nervtech
Le simulateur de conduite Nervtech © BFMTV.com

Evaluer les risques de la conduite 

Avant de débuter l'examen de 25 minutes, le conducteur doit s’équiper de lunettes qui suivront son regard pour contrôler s’il est bien attentif aux dangers qui l’entourent. Un bracelet connecté mesurera lui son niveau de stress en fonction de l’accélération du rythme cardiaque et de la transpiration.

La technologie de Nervtech synthétise ensuite toutes les données glanées pendant la simulation et détermine le niveau de conduite. Mais pourquoi faire?

"Nous avons pour ambition de fournir à terme ces données à des compagnies d’assurance pour les aider à évaluer les risques liés à un conducteur", détaille Luka Novak, chef de projet chez Nervtech.

>> BFM Pratique : obtenez gratuitement un devis personnalisé pour votre assurance auto avec notre partenaire Le Comparateur Assurance 

Selon lui, passer ce test pourrait permettre de faire varier les prix. Un bon conducteur payerait ainsi son assurance moins cher. Tandis qu'un mauvais conducteur serait condamné à payer le prix fort.

Le simulateur de conduite Nervtech
Le simulateur de conduite Nervtech © BFMTV.com
Le simulateur de conduite Nervtech
Le simulateur de conduite Nervtech © BFMTV.com

Entraîner les algorithmes des voitures autonomes 

"Ces données peuvent également être utilisées par les entreprises qui développent des voitures autonomes", explique Luka Novak.

Cette quantité d’informations est une mine d’or. Les algorithmes peuvent analyser ces données pour s'entraîner et reproduire certains comportements. Ce qui "leur permet d’apprendre à adopter une conduite plus humaine", vante Luka Novak. L’entreprise slovène collaborerait déjà avec certaines sociétés qui mettent au point des voitures autonomesmais n'a pas souhaité révéler leurs noms. 

Pour l’instant, le simulateur de conduite est encore au stade expérimental. Mais une dizaine de machines devraient être installées d'ici la fin de l'année, dans des incubateurs partout dans le monde.

Pauline Dumonteil et Diane Touré, à Montréal