BFM Business

Essai - Mercedes Classe S: le luxe automobile et technologique

Référence du luxe automobile, la Mercedes Classe S est-elle digne de sa réputation sur le plan des technos proposées à bord? Réponse dans cet essai.

La Mercedes Classe S reste une référence du luxe automobile, mais est-elle aussi la meilleure en termes de technologies embarquées? C'est ce que nous avons voulu vérifier lors de notre test techno, avec comme cobaye la dernière génération de la célèbre grande berline.

Un modèle porteur d'innovations

Depuis la première grande berline à l'étoile à afficher cette dénomination de "Classe S", en 1972, ce modèle a toujours porté un lot d'innovations importantes. On peut citer les vitres électriques, les airbags, la climatisation, l'ABS ou encore l'ESP, des équipements désormais courants dans les voitures de monsieur et madame tout le monde.

Au premier regard, le luxe de notre Classe S reste plutôt discret, même s'il est imposant. Avec une longue silhouette noire, 5,29 mètres de long, notre modèle d'essai en version limousine est prévu pour transporter des passagers en "Business Class", avec un confort particulièrement optimisé à l'arrière.

La Mercedes Classe S, ici en version limousine, reste une référence du luxe automobile.
La Mercedes Classe S, ici en version limousine, reste une référence du luxe automobile. © EW

Cette septième génération de la Classe S reprend les codes actuels du luxe, notamment les poignées de porte affleurantes à la carrosserie, qui ont fait la popularité d'une certaine Tesla Model S depuis son lancement en 2012.

Une décennie plus tard, ces poignées se retrouvent désormais chez d'autres constructeurs comme DS, mais aussi donc sur cette nouvelle Classe S. Particularité chez Mercedes, lorsqu'on dispose de la clé sur soi, ou du smartphone connecté au véhicule, il suffit de caresser la poignée pour la faire apparaître et s'installer à bord.

Ecran des compteurs 3D et grande dalle tactile au centre, la Classe S sort le grand jeu techno.
Ecran des compteurs 3D et grande dalle tactile au centre, la Classe S sort le grand jeu techno. © EW

Ecrans, aides à la conduite... un conducteur bien entouré

A la place du conducteur, on retrouve le meilleur de ce que propose Mercedes actuellement. C'est vraiment là qu'on peut percevoir la différence avec une marque comme Tesla, qui joue davantage la carte "geek", avec un design très (voire trop) épuré pour certains, dans sa Model 3 bien sûr mais aussi, de manière moins marquée, dans la prochaine version de la Model S.

Contrairement à cette approche design très moderne de Tesla, le luxe saute aux yeux dans la Classe S, avec l'abondance de matériaux nobles, comme le bois ou le cuir utilisés à profusion. Mais aussi les éclairages Led qui font tout le tour de l'habitacle et peuvent être personnalisés dans la couleur de son choix.

L'écran tactile central de 12,8 pouces est parfaitement intégré dans la planche de bord et dans le prolongement de l'accoudoir central. Juste derrière le volant, on retrouve un écran des compteurs permettant d'afficher la navigation avec un effet 3D qui fonctionne grâce à deux caméras braqués sur les yeux du conducteur. Une nouveauté un peu gadget et qui donne un peu la nausée.

Au programme également: une flopée d'aide à la conduite, comme le désormais classique duo régulateur adaptatif et suivi des lignes de la route, qui permet de disposer d'une voiture semi-autonome en particulier sur voie rapide. Pas question (encore) de lâcher les mains du volant mais cela reste très reposant pour les longs trajets sur voie rapide ou les bouchons par exemple. Le tout est complété par un affichage tête haute, avec réalité augmentée, une flèche vous indique directement dans le pare-brise où aller en mode navigation, sans doute le mieux de ce qui se fait actuellement.

Côté technos, on peut toujours compter sur l'assistant vocal "Hey Mercedes" qui peut répondre à de nombreuses demandes, même s'il peut parfois être pénible d'essayer de se faire comprendre. Cela reste très pratique pour indiquer sa destination, ou chercher un restaurant, même si ces derniers étaient encore fermés pendant notre essai en raison de la crise sanitaire

Lorsqu'on active la musique ou le son d'une vidéo, l'enceinte se déploit avec un halo lumineux reprenant l'ambiance choisie.
Lorsqu'on active la musique ou le son d'une vidéo, l'enceinte se déploit avec un halo lumineux reprenant l'ambiance choisie. © EW

A l'arrière, bienvenue en classe affaires

Mais c'est à l'arrière qu'on profite de tout le confort à bord de cette Classe S. C'est d'ailleurs à cette place qu'on retrouve en général leur propriétaire. La place arrière droite en particulier puisqu'elle dispose d'un bouton permettant d'avancer le siège passager avant pour pouvoir s'allonger très confortablement. Idéal pour une petite sieste réparatrice entre deux réunions de la plus haute importance (démonstration dans la vidéo de notre essai).

On retrouve également le nécessaire pour travailler, avec une tablette rabattable permettant de positionner un PC portable, et se divertir, avec un écran dédié et une petite tablette tactile toujours à portée de main pour les réglages.

Le siège est très confortable, et bien sûr ventilé, chauffant et massant, et avec son petit coussin au moelleux divin en guise d'appui-tête. A noter que le recours à l'assistant vocal est géolocalisé dans l'habitacle. La consigne, par exemple, de chauffer son siège, s'appliquera automatiquement à la personne qui le demande.

Le dessin des feux arrière laisse apparaître des formes en 3D.
Le dessin des feux arrière laisse apparaître des formes en 3D. © EW

Le bilan: un autre esprit que Tesla, en attendant l'EQS

Le bilan de notre essai techno reste toutefois mitigé. Oui, la Mercedes Classe S est bien plus luxueuse qu'une Tesla, sans parler du comportement routier volontairement éludé ici mais qui fait partie des références en termes de confort. De quoi oublier qu'on est au volant d'une berline de plus de 5 mètres et à plus de 2 tonnes sur la balance.

On s'attend logiquement à un tel niveau d'excellence avec une facture de notre modèle d'essai à plus de 165.000 euros. Dans le détail (rapide): 112.000 euros en prix de base et le reste en options, dont le pack "Business Class" à 34.500 euros qui apporte de nombreux équipements qui font réellement passer la berline en mode limousine.

Mais sur le pur plan des technos à bord, Tesla semble bien être devenu le nouvel étalon de ce "luxe technologique". On pense notamment à l'Autopilot ou aux fonctions réellement innovantes (ou délirantes), portées par son ancrage de constructeur "geek" de la Silicon Valley. Un exemple pour illustrer ce point de vue, nous n'avons pas réussi à lancer un film à bord de cette Classe S, malgré plusieurs tentatives sur la tablette tactile tournant sous Android en particulier. Dommage car l'expérience paraissait alléchante, avec un système son de grande qualité, le confort des sièges à l'arrière... et dans un contexte de cinéma fermé depuis bien longtemps! Chez Tesla, on peut accéder en un clic à Youtube et Netflix, ce qui est aussi pertinent dans le contexte des pauses recharge un peu plus longues qu'un arrêt à la pompe.

Heureusement, l'EQS 100% électrique, qui sera lancée cette année et présentée comme l'avenir de la Classe S, semble avoir de grandes ambitions sur ce plan des technologies à bord et de l'expérience connectée.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto