BFM Business

Essai - Peugeot 3008 restylé, une mue réussie pour rester le roi des SUV

Le Peugeot 3008 reçoit de nombreuses évolutions design pour se renouveler. De quoi préparer une fin de carrière toujours en haut de l'affiche pour le roi des SUV français.

C'est le véhicule qui symbolise à lui seul la bonne forme actuelle de Peugeot. Lancé en 2016, le 30O8, deuxième du nom, incarne aussi la mutation des monospaces aux SUV, avec le succès commercial que l'on connaît... et qui déchaîne les passions ces derniers temps.

Pourtant, le 3008 est justement un contre-exemple de cet alourdissement du parc automobile. La première génération (2009-2016), monospace, était plus lourde que son successeur prenant la forme d'un SUV.

La face avant évolue nettement avec les crocs lumineux et la calandre sans cadre.
La face avant évolue nettement avec les crocs lumineux et la calandre sans cadre. © TG

Au-delà de cette anecdote, le "3008 II" s'impose bien comme un carton commercial. 260.000 exemplaires vendus en France, 900.000 au total dans le monde. Un succès "made in Sochaux" qui doit continuer à rayonner, auréolé de son statut de fleuron de la marque au lion. Après 4 ans de service, l'heure du restylage est donc arrivée.

Le bon point: une métamorphose réussie

Revers de la médaille de cette popularité, on peut en effet constater une certaine banalisation du 3008. Difficile en effet de ne pas en croiser un lors d'un trajet, de quoi créer une certaine lassitude des consommateurs qui ne veulent pas rouler dans "la voiture que tout le monde a déjà".

Cette remise à niveau était d'autant plus que nécessaire quand on voit le succès rencontré par son petit-frère, le "nouveau" 2008, troisième meilleure vente en France depuis le début de l'année.

La face avant profite de nombreuses modifications.
La face avant profite de nombreuses modifications. © TG

Pour retrouver de sa superbe, ce nouveau 3008 s'offre de nombreuses retouches esthétiques, principalement sur sa face avant. On notera ainsi une calandre avec un effet "sans cadre" plutôt réussi.

Le SUV star rentre aussi dans le rang des standards actuels de Peugeot, avec son numéro en bout de capot et les crocs lumineux sous les phares, attributs qu'on retrouve sur les 508, 208, 2008... et 5008, son grand-frère, lui aussi restylé à cette occasion.

Peu d'évolution à l'arrière, sauf au niveau des feux.
Peu d'évolution à l'arrière, sauf au niveau des feux. © TG

Côté conduite, le 3008 conserve ses qualités, avec un très bon équilibre entre dynamisme et confort. Notre version d'essai était équipé du moteur essence Puretech 130, associé à la boite automatique 8 rapports EAT8. Un mariage moteur-boîte qui se montre agréable d'utilisation.

A noter d'ailleurs, l'arrivée de modes de conduite sur le 3008. L'ancien bouton poussoir "sport" est remplacé par un sélecteur de mode, ce qui permet d'ajouter un mode "éco", en plus de "normal" et donc "sport". De quoi convenir à davantage de profils de conducteurs ou de varier les plaisirs.

On retrouve également une amélioration des aides à la conduite, de quoi en faire un véhicule "très assisté" en associant régulateur de vitesse adaptatif et maintien dans la voie, même si ce dernier s'est montré parfois hésitant lors de notre essai. Heureusement, le code de la route impose encore de garder les mains sur le volant et cela reste a priori essentiel pour prendre un virage à bord de ce 3008.

Le point noir: peu de changements à l'intérieur

Après tant de changements à l'extérieur, on peut se montrer déçu par le faible nombre de nouveautés à l'intérieur. On peut citer l'écran tactile qui grandit à 10 pouces et les affichages sur l'écran derrière le volant modifiés.

Il faut dire que l'intérieur de ce 3008 a plutôt bien vieilli. A son lancement, il marquait déjà bien le changement opéré par Peugeot sur son approche du design et des technologies.

La principale déception reste finalement l'absence de l'i-cockpit 3D, proposé sur les 208 et 2008. Même si ce n'est qu'un détail, c'est dommage de ne pas pouvoir le proposer sur le fleuron de la marque quand des véhicules des segments inférieurs en profitent.

L'intérieur évolue peu par rapport à la phase 1 et ne propose pas le i-cockpit 3D.
L'intérieur évolue peu par rapport à la phase 1 et ne propose pas le i-cockpit 3D. © TG

A quel prix? 800 euros en plus

Ce nouveau 3008 reste raisonnable dans son augmentation tarifaire avec une hausse de prix, à versions comparables, d'environ 800 euros. Peugeot l'explique par l'intégration de nouveau équipements de série comme le feinage d'urgence, le démarrage main-libres ou encore les feux led.

Notre version d'essai, en finition GT, est proposée à un tarif de 38.700 euros. En finition Active d'entrée de gamme, notre moteur Puretech 130 associée à une boite manuelle 6 vitesses, ouvre le bal des prix de ce nouveau 3008 avec un tarif de départ à 31.050 euros.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto