BFM Auto

En Allemagne, Bonn et Cologne interdisent à leur tour le diesel

Un manifestant en mai, devant la cour fédérale de Leipzig (Allemagne), pour demander l'interdiction du diesel.

Un manifestant en mai, devant la cour fédérale de Leipzig (Allemagne), pour demander l'interdiction du diesel. - Sebastian Willnow / dpa / AFP

Après Berlin, Stuttgart ou Hambourg, c’est au tour de Cologne et Bonn de bannir les vieux diesel de leur centre-ville, suite à une décision de justice.

Les villes allemandes continuent d’exclure les vieux diesels. Après Berlin, Hambourg ou Stuttgart, ce sont désormais Bonn et Cologne qui vont interdire les diesel dans leurs centres-villes. Cologne et Bonn rejoignent Stuttgart, Francfort et Berlin dans la liste des villes contraintes d'interdire les anciennes voitures au diesel des rues les plus polluées, après des requêtes d'une association environnementale.

65 villes dépassent les normes d'émissions

La mesure entrera en vigueur en avril 2019. A Cologne, l'ensemble du centre-ville est concerné par les interdictions, tandis que Bonn doit bannir les plus vieux diesels de deux rues très polluées, a décidé le tribunal administratif local. Hamburg ou Berlin ont opté pour une solution similaire, excluant les véhicules diesel des artères les plus polluées.

Cette cascade d’interdiction fait suite à une décision de la cour administrative fédérale de Leipzig prise le 18 mai. La cour autorisait alors les villes à prendre leurs propres arrêtés d’interdiction des véhicules diesel. Le but: respecter les normes environnementales européennes de plus en plus sévères, et que les villes allemandes dépassaient allègrement.

65 villes allemandes dépassaient l'an dernier les normes européennes d'émission de dioxyde d'azote, soit 40 microgrammes de NO2 par mètre cube, un gaz associé à des troubles respiratoires et cardiovasculaires, selon l'Office allemand de l'Environnement. Une association de défense de l’environnement avait alors porté cette question devant la justice.

Même des modèles diesel récents

Farouchement opposé aux impopulaires "Fahrverbote" (interdictions de circuler), le gouvernement reste pour l'heure impuissant face aux tribunaux et au refus des constructeurs de payer pour les mises aux normes techniques de véhicules. Dans un projet de loi dévoilé à la presse quelques jours avant les récentes élections régionales en Hesse, la chancelière Angela Merkel promettait d'"empêcher partout" ces interdictions de circulation en court-circuitant les requêtes en justice.

Ces mesures concernent aussi des diesel récents, de normes Euro 5, soit immatriculés jusqu’en 2014. Pour aider les consommateurs à changer de voitures, les constructeurs ont lancé début octobre un grand plan de primes pour reprendre des véhicules diesel.

"Ces bonus environnementaux se concentrent sur l’Allemagne, suite à une situation particulière: le bannissement des diesel de certaines villes", nous expliquait alors un porte-parole au siège de la marque allemande.
Pauline Ducamp, avec AFP