BFM Business

Le diesel dégringole à nouveau dans les ventes de voitures neuves

La part du diesel dans les immatriculations de voitures particulières neuves est tombée à 36% en septembre et octobre.

La part du diesel dans les immatriculations de voitures particulières neuves est tombée à 36% en septembre et octobre. - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Un peu plus d’un tiers seulement des voitures neuves immatriculées en octobre roulent au gazole. Contre 40% les mois précédents.

Les Français se détournent encore un peu plus du diesel. La part du diesel dans les immatriculations de voitures particulières neuves est tombée à 36% en septembre et octobre, contre 40% environ dans les mois précédents, selon des statistiques du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) publiées ce vendredi.

Dieselgate, peur ne plus pouvoir circuler en ville, mais aussi hausse du prix du carburant qui le rend beaucoup moins intéressant, le diesel avait déjà fortement chuté depuis janvier, autour de 40%, alors qu’en octobre 2017, 46% des voitures vendues étaient des diesel. En 2013, les ventes étaient en revanche de 67%, à une époque où l’achat de modèles fonctionnant au gazole étaient généralisés, aussi bien pour lutter contre le réchauffement climatique, que via des prix à la pompe beaucoup plus bas. Les consommateurs ont ensuite été confrontés au revirement des politiques publiques amorcé en 2014, sur le constat que le diesel dégage davantage de gaz nocifs pour la santé.

S’ils achètent de moins en moins de diesel, les Français ne se tournent pas seulement vers l’essence qui représentent 54,5% des ventes de voitures neuves. Certes, le marché de l’électrique reste une niche, avec un peu plus de 23.000 véhicules vendus depuis janvier, mais celui des hybrides progresse fortement. 86.550 voitures hybrides ont été vendues depuis le 1er janvier, soit une hausse de 32% par rapport à la même période l’an dernier.

Pauline Ducamp, avec AFP