BFM Business

Quelles taxes payent réellement les automobilistes?

Un quart du budget des automobilistes chaque année part en taxes.

Un quart du budget des automobilistes chaque année part en taxes. - BERTRAND GUAY / AFP

Les taxes sur les carburants sont celles qui pèsent le plus lourd dans le budget de l’automobiliste. En moyenne, un quart du budget d’un automobiliste passe dans les taxes.

Les taxes sur le carburant cristallisent la colère des automobilistes depuis plusieurs semaines. Or, si l’on les ajoute à celles sur l’achat et à celles sur l’entretien du véhicule, un quart du budget annuel de l’automobiliste est constitué de prélèvement et impôts, rappelait fin mars l’association Automobile Club (ACA) dans son baromètre annuel, mis en avant par Le Point. Et ce montant ne varie que très peu entre une essence et un diesel, que le propriétaire roule peu ou beaucoup.

"Dans 100 euros, de budget automobile, il y a 23 euros de taxes pour une Renault Clio diesel, 25 euros pour une Peugeot 308 diesel et pour une Toyota Prius hybride essence, 26 euros de taxes pour une Dacia Logan diesel, et 27 euros de taxes pour une Renault Clio essence", précise l’ACA.

1.200 euros de taxes payés sur une Dacia Logan

Sur un an, le premier poste de dépenses n’est cependant pas le carburant, mais l’achat du véhicule, qui représente aussi la première source pour les taxes. Ainsi en 2017, 37% du budget d’une Dacia Logan diesel passait dans l’achat, qu’il s’agisse des mensualités de remboursement du crédit ou sous forme d’amortissement, si l’automobile était payée cash. Sur 1.806 euros annuels pour l’achat d’une Dacia Logan, 341 euros partaient en TVA.

En 2017, le carburant représente le deuxième poste le plus important pour les dépenses de l’automobiliste, et donc pour les taxes. Ici encore, l’automobiliste paye la TVA, mais aussi la Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Énergétiques (TICPE). Son montant est fixé par la Loi des Finances et "elle peut être majorée par les Conseils Régionaux", rappelle le pétrolier Total sur son site. Toujours sur la Dacia Logan, quand l’automobiliste dépensait en 2017 553 euros à la pompe, 337 euros partaient dans les caisses de l’Etat.

Primes d’assurance, TVA sur les pièces d’entretien et sur la main d’œuvre au garage, au total, sur un budget de 4.912 euros, le propriétaire d’une Logan qui roule peu (8.638 kilomètres sur un an) a payé 1.266 euros de taxes.

"Seuls les tarifs des péages et des dépenses au garage sont restés dans les limites de l’inflation à 1% l'an dernier, nous expliquait en mars Didier Bollecker, président de l’ACA. Heureusement l’automobiliste résiste, avec un nombre moyen de kilomètres parcourus en progression."

Les automobilistes dépensent plus en 2018 pour leur voiture

En 2018, rien n’indique que la tendance pourrait s’inverser. En effet, comme le rappelle Challenges, 34 centimes supplémentaires de taxes seront appliqués au gazole d’ici à 2022. Cette hausse est entrée en vigueur dès l’année dernière. En 2018, le prix d’un litre de gazole comprend 86 centimes de taxes en moyenne cette année. Il faut ajouter à cette hausse des taxes la perte de valeur des véhicules diesel, qui se revendent moins bien sur le marché de l’occasion.

"Il sera en effet difficile d’estimer la décote à la revente, nous précise ce lundi Yves Carra, porte-parole de l’ACA. Si on prend en compte la hausse des prix des carburants, entre autres, dans une fourchette haute, le budget de l’automobiliste devrait augmenter cette année de 10%".

Entre 2016 et 2017, le budget avait au maximum progressé de 4,6%, selon le baromètre de l'association. En reprenant le budget moyen pour la Logan (4,912 euros), cela représente une hausse de pratiquement 500 euros.

Pauline Ducamp