BFM Auto

Dodge Challenger Demon: la voiture la plus rapide du monde, c’est elle

Dodge vient tout juste de présenter la voiture la plus rapide au monde sur un quart de mile: la Challenger SRT Demon.

Dodge vient tout juste de présenter la voiture la plus rapide au monde sur un quart de mile: la Challenger SRT Demon. - Top Gear - BBC

Après des mois d’attente, Dodge a mis fin au suspense en dévoilant dans le bruit et la fureur à New York. La Challenger SRT Demon, soit la voiture de grande série la plus rapide au monde.

Pour parler de la nouvelle Challenger SRT Demon, dévoilée cette nuit en ouverture du salon automobile de New York, seuls les superlatifs conviennent. Car cette Demon n’est pas qu’une version retravaillée et encore plus puissante de la Hellcat, la référence en matière de muscle sur la Challenger.

2,3 secondes à l'accélération

Dodge a cette fois-ci conçu la voiture de série la plus rapide au monde: 2,3 secondes de zéro à 96 km/h (oui, Etats-Unis et mesure officielle en "miles per hour" obligent). Mieux que la Bugatti Chiron (2,4 secondes) et ses 1500 chevaux et ses 2,3 millions d’euros de tarif minimum.

Mieux que la Tesla P100D (2,3 secondes et quelques dixièmes) et son couple disponible à 100% tout de suite. Et le plus beau dans cette histoire, c’est qu’elle atteint ce temps canon simplement avec ses 2 roues arrière, quand les autres disposent de quatre roues motrices (un avantage dans ce genre d’exercice).

La Challenger SRT Demon emprunte beaucoup à la Hellcat.
La Challenger SRT Demon emprunte beaucoup à la Hellcat. © Top Gear - BBC

Et les records ne s’arrêtent pas là. La Demon est aussi la voiture de série qui soumet ses conducteurs à la plus grande force d'accélération (1,8 G exactement, la musculation va vite devenir nécessaire pour la conduire au max de ses performances). Elle revendique aussi, et c’est bien l’essentiel pour une muscle-car, le record sur un quart de mile. Elle accomplit ces 402 mètres en seulement 9,65 secondes pour atteindre sur la ligne d’arrivée les 225km/h… Elle dépose ainsi sur cet exercice toutes les dernières McLaren et Porsche produites.

La revanche de la muscle-car

Une fois digérés tous ces chiffres (ici, on a un peu du mal à s’en remettre), on se dit que Dodge n’a pas vraiment dû apprécier les multiples dragraces où la Challenger Hellcat se faisait battre à plat de couture sur le quart de mile par des Tesla Model S.

"Avec la Demon, notre objectif était de construire une voiture qui imprimerait comme un tatouage dans l’inconscient général, le logo Dodge, au-delà de nos fans les plus loyaux, a confié hier soir Tim Kuniskis, le patron de Dodge. Pour y parvenir, nous devions réaliser des records qui n’avaient jamais été battus auparavant, faire plus que ce que nous avions fait jusqu’à présent, aller plus loin que la légendaire Hellcat".

Dodge célèbre l’automobile américaine. Cette Challenger Demon reste en effet basiquement une Challenger Hellcat. Dodge explique n’avoir ajouté que 97 nouvelles pièces, revu le poids de la Challenger (plus proche du parpaing que de la fibre de carbone). La Demon ne pèse que 90,7 kg de moins que la Hellcat, avec quelques astuces brillantes. La Demon n’est vendue qu’avec un seul siège, pour le conducteur. Dodge veut cependant la paix des familles en proposant pour 1 dollar supplémentaire seulement le siège passager, et pour un autre dollar de plus, la banquette arrière.

840 chevaux sous le capot

Le plus important se passe sous le capot. "Le résultat de notre travail, c’est 840 chevaux, une muscle-car aux environs des 9 secondes que le quart de mile, qui n’a rien à voir avec tout ce qu’on a vu jusqu’à présent", poursuivait hier soir Tim Kuniskis.

Dodge a donc poussé le moteur V8 compressé 6,2 litres de la Hellcat de 707 à 840 chevaux et jusqu’à 1040Nm de couple, ajouté un turbo compresseur, et doté la Demon d’une suspension adaptative spécifique. Aération dans le bouclier, énorme prise d’air sur le capot pour bien faire respirer le moteur. Pour des départs canon en drag race, la Challenger dispose d’un système Transbrake: il bloque les freins avant, et permet de faire monter en puissance le moteur.

Un peu comme la Ford Mustang et son bouton spécial burn (pour faire tourner les roues arrière sans avancer, générant donc beaucoup de fumée), cette Challenger peut alors faire des burns sans jouer abusivement des freins (et donc sans changer les plaquettes toutes les heures). La seule déception avec cette Demon: elle ne sera produite qu'à 3000 exemplaires et est réservée au marché nord-américain.

Pauline Ducamp avec Top Gear